Tours: le violeur en série présumé se pend dans sa cellule

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Tours: le violeur en série présumé se pend dans sa cellule

Publié le 07/12/2017 à 10:08 - Mise à jour à 10:18
© Mike LEYRAL / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

L'homme de 46 ans qui était suspect dans une série de viols ayant terrorisé la ville de Tours a été retrouvé mort vendredi, pendu dans sa cellule. L'information n'a été dévoilée que mardi. Il n'y aura donc jamais de procès.

L'individu était pourtant surveillé: l'homme de 46 suspecté d'être le violeur en série qui a terrorisé la ville de Tours entre juillet et novembre de cette année s'est suicidé dans sa cellule. Il avait déjà annoncé à plusieurs reprises vouloir se donner la mort. L'homme s'est pendu vendredi 1er mais la nouvelle de sa mort n'a été communiquée que mardi 5.

Arrêté samedi 11 novembre, le quadragénaire avait annoncé dès sa garde à vue son intention d'en finir. Idem lors de son placement en détention provisoire après sa mise en examen. Les autorités carcérales avaient donc décidé de le faire interner à l'hôpital Trousseau de Tours dont il parviendra à s'échapper brièvement avant d'être repris par les gendarmes. Transféré ensuite dans un service psychiatrique spécialisé à Fleury-les-Aubrais (Loiret), il est parvenu à commettre son geste fatal malgré une surveillance particulière. Une enquête a été ouverte pour comprendre comment d'ailleurs ce suicide a été possible malgré les caméras et les nombreux gardiens de cette unité dédiée.

Lire aussi: Tours: un père de deux enfants arrêté pour des viols, il assure que les victimes étaient "consentantes"

Le suspect, un homme marié père de famille sans emploi, était soupçonné d'avoir violé trois jeunes femmes de 20 à 28 ans qui rentraient dans la nuit d'une sortie. Les jeunes femmes ont été menacées au cutter avant d'être violées. Repéré par des images de videosurveillance, l'homme avait admis les relations sexuelles mais prétendait que les jeunes femmes étaient consentantes.

Avec la mort du suspect, l'action publique s'est éteinte. Il n'y aura donc jamais de procès.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Le suspect s'est suicidé alors qu'il était étroitement surveillé.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-