Indre: un restaurateur menacé par des gens du voyage obligé de quitter la région

Indre: un restaurateur menacé par des gens du voyage obligé de quitter la région

Publié le 16/08/2018 à 08:50 - Mise à jour à 08:51
© FRED TANNEAU / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de France-Soir
-A +A

Agressé par des membres de la communauté du voyage dans son restaurant de Gournay, dans l'Indre, Jonathan Léger a été obligé de quitter la région avec sa famille par peur de représailles. Vendredi dernier, il avait refusé de servir de l'alcool à un mineur et une bagarre avait éclaté.

Face aux menaces Jonathan Léger, 28 ans et gérant d'un bar restaurant de Gournay dans l'Indre, a préféré quitter la région. Vendredi 10, une violente altercation a éclaté dans son établissement avec des membres de la communauté des gens du voyage.

Le gérant du bar avait alors refusé de servir de l'alcool à un jeune mineur, membre de cette communauté. Le ton était alors très rapidement monté et les violences avaient vite éclaté.

"C'était une scène extraordinaire", a expliqué le restaurateur à France Bleu Berry. "Je n'ai jamais vu ça de ma vie, des camions qui sortaient dans tous les sens des personnes qui arrivaient torse nu. Ils criaient et avaient des bâtons, ils ont même arraché des jardinières", s'est-il souvenu.

A voir aussi: Refus de servir deux femmes voilées: amende contre un restaurateur

Mais le temps que les forces de l'ordre interviennent, des clients ont été blessés. Certains s'étaient d'ailleurs réfugiés dans l'appartement de Jonathan Léger et sa famille. 

Mais si les poliicers ont réussi à calmer la situation, personne n'a été interpellé ce soir là, ce qui a "le plus choqué" Jonathan Léger et sa compagne Lucie.

"C'est ma famille et moi qui avons été obligés de fuir, car le lendemain, ce groupe est revenu en nous menaçant, en nous disant qu'ils allaient brûler le restaurant", a-t-il regretté. Après avoir déposé plainte, le restaurateur sa femme et leurs deux enfants en bas âge se sont "sentis obligés de quitter la région", par peur de représailles.

Après avoir reçu des menaces de mort et au vu de l'état de choc de leurs enfants de six mois et deux ans, ils ont fermé leur établissement jusqu'à nouvel ordre et sont partis vivre chez des proches ailleurs dans le pays.

A lire aussi:

Sabre, arme à feu et gilet pare-balles: ivre, un maire menace des gens du voyage

Château-Thébaud - une jeune femme tuée par balles après une altercation dans un camp de gens du voyage

Descartes - un couple de gens du voyage soupçonné d'avoir réduit en esclavage un SDF de 59 ans

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Les policiers qui sont intervenus sur place n'ont procédé à aucune interpellation.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-