Isère: cinq ans de prison pour avoir violé ses sœurs

Auteur(s)
La rédaction de France-Soir
Publié le 28 juin 2019 - 10:34
Image
Une balance de la justice
Crédits
© LOIC VENANCE / AFP
Un homme a été condamné pour le viol de ses sœurs en Isère.
© LOIC VENANCE / AFP

Un homme de 49 ans a été condamné jeudi 27 à cinq ans de prison dont deux avec sursis par la cour d'assises de l'Isère. Fils d'un homme lui aussi condamné pour viol il a été reconnu coupable d'avoir violé ses sœurs durant leur enfance et leur adolescence.

S'il comparaissait libre, il a immédiatement été incarcéré à sa sortie du tribunal. Emmanuel F., 49 ans, a été condamné à cinq ans de prison dont deux avec sursis jeudi par la cour d'assises de l'Isère.

Cet ingénieur issu d'une famille nombreuse a été reconnu coupable de multiples viols sur ses sœurs, durant leur enfance et leur adolescence.

Son audience a aussi témoigné du lourd passé de cette famille catholique. Aîné de sept enfants, le quadragénaire a lui-même été victime de viol lorsqu'il avait neuf ans.

A voir aussi: Isère: une jeune fille mineure violée en pleine rue

Ses sœurs quant à elles, ont aussi été violées par leur père ce que l'accusé ignorait. Le père de la famille a d'ailleurs lui aussi été condamné.

Tous les secrets de cette triste famille ont été dévoilés en 2006, après que le père d'Emmanuel F. a violé la fille de son épouse.

L'accusé, anciennement ingénieur mais en invalidité depuis dix ans pour dépression, a eu toutes les peines du monde à reconnaître les viols de ses sœurs et encore plus pour exprimer des regrets au cours de l'audience.

Cette attitude a été jugée "inquiétante" par la procureure qui a d'ailleurs évoqué une possible récidive sur "de futurs petits-enfants", selon Ouest-France.

L'homme a finalement été condamné à cinq ans de prison dont deux avec sursis. Il devra aussi verser 20.000 euros à ses sœurs, aujourd'hui âgées de 38 et 42 ans en plus d'un euro symbolique de dommages et intérêts.

Face à ce "gros écart entre les réquisitions et le verdict" souligné par l'avocat des plaignantes, la procureure a indiqué qu'un appel ne pouvait être exclu de la part du parquet.

A lire aussi:

Un responsable de la DGSI suspecté de viol sur mineure et placé en détention

Soutenez l'indépendance deLogo FranceSoir

Faites un don