Isère: un forcené abattu et cinq policiers en garde à vue

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Isère: un forcené abattu et cinq policiers en garde à vue

Publié le 29/10/2016 à 10:55
©Philippe Huguen/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

A Echirolles (Isère), un homme de 52 ans a été abattu vendredi soir par les forces de l'ordre tandis que cinq policiers ont été placés en garde à vue. Selon les premiers éléments de l'enquête, il aurait menacé les policiers avec une machette, puis avec une "arme sortie de derrière son dos".

Un forcené de 52 ans a été abattu par les forces de l'ordre à Echirolles (Isère), vendredi 28 au soir, et cinq policiers ont été placés en garde à vue, a-t-on appris ce samedi 29 auprès du parquet, qui a saisi l'IGPN. Selon les premiers éléments de l'enquête, l'homme, "excité" semble-t-il sous l'effet de l'alcool, aurait menacé les policiers avec une machette, puis avec une "arme sortie de derrière son dos". Ceux-ci ont alors fait feu avec "un fusil d'assaut et au moins un pistolet automatique", a précisé à l'AFP le procureur de la République de Grenoble, Jean-Yves Coquillat, confirmant une information du Dauphiné Libéré.

Les cinq policiers de la sécurité publique ont été placés en garde à vue dans la soirée dans le cadre de l'enquête, a ajouté le procureur qui a saisi dans la nuit l'IGPN (Inspection générale de la police nationale). Les cinq hommes, membres de la Brigade anti-criminalité (BAC) et de la section d'intervention, intervenaient pour un homme apparemment en état d'ivresse qui menaçait son voisin avec une machette.

A l'arrivée des policiers, le forcené "après avoir posé sa machette, aurait sorti une arme de derrière son dos", a expliqué M. Coquillat. "Les cinq policiers en colonnes derrière deux boucliers balistiques ont alors fait feu avec un fusil d'assaut HK G36 et au moins un pistolet automatique, dont chacun était équipé", a-t-il ajouté.

L'homme "a reçu plusieurs projectiles dans le thorax et dans la tête" et une autopsie a été ordonnée "pour déterminer la trajectoire" des balles.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Les cinq policiers de la sécurité publique ont été placés en garde à vue dans la soirée dans le cadre de l'enquête.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-