A la Gare du Nord, les portiques entre sécurité et agacement

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

A la Gare du Nord, les portiques entre sécurité et agacement

Publié le 21/12/2015 à 19:23 - Mise à jour à 19:27
©Meigneux/Sipa
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Un "mal nécessaire", une mesure "rassurante", une décision d'une "stupidité hallucinante": à la gare du Nord ce lundi matin, les passagers du Thalys apprécient diversement les nouveaux portiques de sécurité, mais tous s'y plient sans rechigner.

Patiemment, ils attendent au bout des quais réservés aux trains reliant Paris à Bruxelles, Amsterdam et Cologne, que la voie s'affiche sur les écrans. Certains voyageurs, prévenus par la SNCF des nouvelles mesures de sûreté, sont arrivés avec plus de 40 minutes d'avance. Avant l'embarquement, une vingtaine de policiers, CRS et agents de la sûreté ferroviaire se regroupent devant le train. Deux chiens fouillent minutieusement chaque wagon.

Dans le grand hall, égayé par les illuminations de Noël, les voyageurs sont assaillis par les messages sécuritaires, qu'il s'agisse des multiples affiches prévenant du plan Vigipirate ou des haut-parleurs rappelant à intervalles réguliers le "renforcement des contrôles aux frontières".

Après les attentats du 13 novembre à Paris (130 morts) et l'attaque ratée fin août dans un train Amsterdam-Paris, le gouvernement a décidé d'installer des portiques pour les passagers empruntant le Thalys. Ils sont opérationnels à Paris depuis dimanche.

"Tout ce qui peut permettre de faire un voyage sans stresser, c'est impeccable", commente Catherine Segers, une Parisienne prête à partir pour un séjour de 3 jours à Bruxelles avec son compagnon. "Ca me rassure".

Quand le numéro du quai s'affiche, les voyageurs se dirigent prestement vers le train. Quatre couloirs délimités au sol par des bandes blanches s'offrent à eux, menant chacun vers un portique. Des agents de sécurité patrouillent le 21 décembre 2015 à la gare du Nord à Paris

Pour le train de 09h25 à destination de Bruxelles, le premier bagage à passer sur le tapis roulant du scanner à rayon X est un cabas en plastique rose. Pas besoin de se déchausser, d'enlever ses clés, de sortir son ordinateur portable ou de jeter son café. Juste d'ouvrir son manteau. Les réglages précis des machines permettent de détecter armes et couteaux, assure un agent de sécurité.

"Je ne suis pas sûre que ce soit très efficace", remarque Rose-Marie Ferré en franchissant le portique avec une poussette. "Dans un contexte global de surveillance, un jihadiste a été contrôlé trois fois sans être arrêté", souligne cette mère de famille. Avec les nouvelles mesures de sécurité, "les terroristes ont surtout gagné leur paris d'embêter les citoyens".

Si certains passagers sont circonspects, aucun n'est récalcitrant. Les contrôles se déroulent sans heurt, rapidement. Les agents aident à porter sur le tapis roulant les valises les plus lourdes. En 10 minutes, l'essentiel des passagers est passé.

Toutes ces mesures de sécurité, si elles ne sont pas forcément efficaces, "rassurent les badauds, c'est un mal nécessaire", estime Yann Gallet, qui se rend à Amsterdam pour un voyage de fin d'année avec plusieurs collègues. "On s'en est pris plein la tronche il y a un mois. On ne va pas faire les innocents ou les naïfs. On s'adapte".

Richard, un Parisien de 54 ans qui se rend une fois par semaine à Bruxelles pour raisons professionnelles, juge à l'inverse l'installation des portiques d'une "stupidité hallucinante".

"Ce n'est pas la sécurité dans le Thalys qui me préoccupe, c'est celle dans le RER A, la ligne de métro la plus fréquentée du monde, ou celle dans le café où je vais prendre mon croissant", explique-t-il.

"Tout ça parce qu'on pense que les terroristes sont venus de Bruxelles. Mais ils sont venus par la route!" s'agace-t-il en attendant le moment d'embarquer. "Même si ce n'est qu'une demi-heure, on perd du temps, on perd l'avantage du train sur l'avion", regrette-t-il.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Gare du nord à Paris, l'accès aux Thalys se fait désormais par des portiques de sécurité.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-