La stèle d'Abel Chennouf, tué par Mohamed Merah, a été dégradée

Auteur(s)
La rédaction de FranceSoir.fr
Publié le 07 décembre 2017
Mis à jour le 07 décembre 2017
Image
Abel Chennouf.
Crédits
©Capture d'écran YouTube
La stèle d'Abel Chennouf, le militaire assassiné en mars 2012 par Mohamed Merah, a été profanée.
©Capture d'écran YouTube
En se rendant sur la tombe de son garçon ce jeudi matin, le père d'Abel Chennouf (l'un des quatre soldats visés par Mohamed Merah en 2012) a découvert que la stèle de son fils avait été profanée. Une enquête a été ouverte pour retrouver le ou les auteurs de cette dégradation.

Il a eu une très mauvaise surprise en se rendant sur la tombe de son garçon. Alors qu'il se trouvait dans le parc de Manduel (Gard), le père d'Abel Chennouf (l'un des quatre soldats visés par Mohamed Merah en 2012) a découvert que la stèle de son fils avait été profanée, la photo complètement brisée.

"On m’a déjà menacé mais toucher la stèle de mon fils, pourquoi?", s'est interrogé le père de famille, cité par Franceinfo. Sous le choc, il a alors immédiatement alerté la mairie de la commune qui a décidé de porter plainte. Les gendarmes, eux, se sont rendus sur place pour procéder aux constatations et une enquête a été ouverte afin de mettre la main sur le ou les auteurs de cette profanation et déterminer les circonstances exactes de cette dégradation.

Entre le 11 et le 19 mars 2012, Mohamed Merah avait assassiné trois militaires (Imad Ibn-Ziaten, Mohamed Legouad et Abel Chennouf), trois enfants et un enseignant juifs à Toulouse et Montauban, avant d'être abattu par les forces de police à l'issue d'un siège de plus de trente heures de son domicile. Récemment, la cour d'assises spéciale de Paris a condamné son frère, Abdelkader Merah, à 20 ans de réclusion criminelle, tout en ne le jugeant pas complice des sept assassinats commis par son "le tueur au scooter". 

A lire aussi - Enquête ouverte après la diffusion de photos du procès Merah dans Paris Match

Mais rapidement, le parquet général a annoncé qu'il faisait appel du verdict. Pour le ministère public, la cour d'assises spéciale de Paris n'a "pas tiré toutes les conséquences juridiques des faits qui lui étaient soumis" au cours de ces cinq semaines d'audience, notamment pour avoir acquitté Abdelkader Merah de la "complicité d'assassinats" qui lui était reprochée.

À LIRE AUSSI

Image
Le dessinateur Riss, directeur de la publication de Charlie Hebdo qui fait régulièrement l'objet de
Charlie Hebdo sort un hors-série sur le procès Merah
Le dessinateur Riss, directeur de la publication de Charlie Hebdo qui fait régulièrement l'objet de menaces de mort, va publier jeudi un hors-série consacré au procès ...
Publié le 07 novembre 2017
Culture
Image
Marine Le Pen lors d'un point presse à Calais, le 2 novembre 2017
Procès Merah: verdict "incroyablement laxiste", dénonce le FN
Le Front national a dénoncé jeudi un verdict "déroisoire et incroyablement laxiste", après la condamnation d'Abdelkader Merah à 20 ans de réclusion criminelle pour "as...
Publié le 03 novembre 2017
Image
La Cour d'assises de Paris avant le début du procès du frère de Mohamed Merah, le 2 octobre 2017
Procès Merah: le tueur au scooter était surarmé
Des experts en balistique ont présenté vendredi à la cour d'assises de Paris, où comparaît le frère de Mohamed Merah, les sept armes du tueur dont le pistolet mitraill...
Publié le 06 octobre 2017