Lille: le pot de départ du cheminot pris pour un attentat

Lille: le pot de départ du cheminot pris pour un attentat

Publié le 08/06/2019 à 17:38 - Mise à jour à 17:46
© ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de France-Soir
-A +A

Une série d'explosions a créé un mouvement de panique ce samedi 8 au matin en gare de Lille Flandres. Ce qui a été pris pour un attentat était en fait un pot de départ en retraite d'un cheminot.

Insolite diront certains, mais l'incident a fait une peur bleue à certains voyageurs qui se trouvaient ce samedi matin en gare de Lille Flandres, et même provoqué un mouvement de panique. Beaucoup ont en effet pensé à un attentat quand plusieurs détonations ont retenti.

"Tout le monde s’est mis à courir à toute vitesse", " les gens criaient, les enfants étaient paniqués", " quand, en plus des explosions, on a entendu le klaxon deux tons d’un train, on s’est vraiment dit que quelque chose n’allait pas", relatent des témoins interrogés par La Voix du NordL'inquiétude a duré d'autant plus longtemps que l'annonce visant à rassurer les voyageurs n'a pas été entendue dans le vacarme ambiant, précise le quotidien local. 

Voir: Ivre, un cheminot lance une alerte à la bombe pour ne pas rater son train

Les militaires de l'opération Sentinelle en patrouille se sont mis à la recherche de l'origine des déflagrations, mais on était loin de l'attaque terroriste. Il s'agissait en effet de pétards, tirés par un groupe de cheminots pour le départ à la retraite de l'un d'entre eux. Une petite troupe s'était assemblée pour l'accueillir alors qu'il arrivait en TGV, coiffé d'un chapeau fantaisiste et saluant son comité d'accueil par la fenêtre, rapporte le quotidien.

Un petit garçon a dû être examiné par le Samu par précaution, mais le mouvement de panique n'a pas fait de blessé sérieux. Ce qui n'a pas calmé la colère de certains usagers face à un comportemet jugé irresponsable des cheminots. 

"Ce qui s’est passé est regrettable et n’aurait jamais dû se produire. Il y aura une enquête interne pour savoir qui a placé ces pétards, et nous rappellerons à tous des règles évidentes", a fait savoir la SNCF.

Lire aussi:

Après les fausses rumeurs d'enlèvement, une nuit de "chasse aux Roms" en Ile-de-France

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Les pétards lancés pour le pot de départ d'un cheminot ont fait croire à un attentat.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-