Madagascar: un lycéen français kidnappé

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Madagascar: un lycéen français kidnappé

Publié le 13/04/2017 à 10:06 - Mise à jour à 11:07
©Capture d'écran Google Earth
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Un adolescent français de seize ans a été kidnappé mardi en face du lycée français d'Antananarivo, la capitale de Madagascar. Alors qu'il montait dans un bus scolaire, six hommes cagoulés et armés l'ont enlevé.

Un rapt a eu lieu face au lycée français d'Antananarivo, la capitale de Madagascar, mardi 11. Un jeune adolescent de seize ans a été enlevé sous les yeux de ses camarades, alors qu'il s'apprêtait à rentrer dans un bus scolaire. Selon la police, six hommes cagoulés et munis de fusils d'assaut ont perpétré ce kidnapping.

Le jeune garçon aurait tenté de s'enfuir mais il aurait vite été rattrapé et emmené de force dans un monospace. La voiture a depuis été retrouvée vide par les forces de l'ordre malgaches.

A compter de ce jour, la police locale est à la recherche du lycéen d'origine indo-pakistanaise. Ses ravisseurs ont depuis demandé une rançon. "Malheureusement c'est une pratique qui arrive assez régulièrement à Madagascar. En général, ces enlèvements touchent des adultes. L'aspect particulier, et surtout aggravant de ce qui s'est passé, est qu'il s'agit d'un mineur" , a expliqué Jean-Denis Boudot, du Collectif des Français d'origine indienne de Madagascar (CFIOM), mercredi 12 à franceinfo.

Ce membre du CFIOM s'est aussi insurgé contre les forces de l'ordre qui, d'après lui, étaient "à proximité" des lieux lorsque le kidnapping du jeune adolescent s'est produit. En effet, sept policiers se trouvaient là, l'un d'eux à d'ailleurs été blessé par l'un des ravisseurs. Et si aucune poursuite n'a été possible, c'est parce que les criminels ont pris soin de tirer sur le radiateur du véhicule de service des agents, mettant leur voiture hors d'usage selon linfo.re.

Pour le collectif, "la ligne rouge a été franchie, les criminels s'en prennent maintenant aux enfants", comme le relate le média réunionnais. Sentiment qui semble être partagé par beaucoup: un grand rassemblement de soutien organisé par les associations de parents d'élèves est prévu ce jeudi 13 devant le lycée français.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Les kidnappings avec demande de rançon sont fréquents sur l'île mais concernent rarement des enfants.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-