Meurtre d'Alexia Daval: un village entre tristesse et suspicion

Meurtre d'Alexia Daval: un village entre tristesse et suspicion

Publié le 02/11/2017 à 11:53 - Mise à jour à 12:01
©Philippe Desmazes/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

L'annonce, mercredi, que le corps calciné retrouvé près de Gray-la-Ville (Haute-Saône) est bien celui d'Alexia Daval a provoqué une vague d'émotion dans la région. L'enquête se poursuit, mais en l'absence de suspect, le risque que représentent les rumeurs est grand.

Les habitants du village de Gray-la-Ville (Haute-Saône) et ses alentours ont appris mercredi 1er que le corps retrouvé dans les bois le lundi précédent est bien celui d'Alexia Daval, la joggeuse de 29 ans portée disparue depuis samedi 28. La thèse de la mauvaise rencontre ne semble guère faire de doute, le corps ayant été brûlé sur place. L'enquête ouverte pour assassinat se poursuit.

L'annonce a bien sûr provoqué un important émoi dans le village où la jeune femme avait effectué sa scolarité et où ses parents tiennent un bar-PMU. Les hommages se sont multipliés notamment durant la messe de la Toussaint. Le père Bertillo qui avait uni en juillet 2015 la jeune femme à son mari Jonathann a salué la mémoire de la jeune femme, appelant ses fidèles à ne pas saisir "le poison de la vengeance: ce serait encore faire de la publicité à l'horreur", relate Le Parisien. Mais même pour l'homme d'Eglise "parler de pardon est indécent face à de tels actes".

En l'absence de suspect, la rumeur et la suspicion représentent un risque pour la vie de la commune comme pour l'enquête. Même la solidarité et la volonté d'aider aux investigations peuvent avoir des effets pervers, comme l'ont illustré quelques ratés dans l'affaire Maëlys.

Plusieurs personnes au comportement suspect ont ainsi été signalées aux gendarmes, et l'un d'entre eux aurait même été entendu, sans que cela ne débouche pour l'instant sur une garde à vue ou une mise en examen.

Le maire de la ville avait lundi appelé ses administrés à ne pas céder à la "psychose", tout en rappelant qu'il y avait "un criminel en cavale" dans la région. Le procureur mettait de son côté en garde contre les "rumeurs publiques" qui peuvent circuler dans ce genre d'affaire, lorsqu'un crime violent et médiatisé survient dans une petite commune. 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Le prêtre de la ville a appelé à ne pas saisir "le poison de la vengeance: ce serait encore faire de la publicité à l'horreur"

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-