Meurtre de la petite Fiona: pour le père de la fillette, la mère ne dit pas la vérité

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Meurtre de la petite Fiona: pour le père de la fillette, la mère ne dit pas la vérité

Publié le 22/11/2016 à 11:14 - Mise à jour à 11:25
©Fayolle Pascal/Sipa
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

-A +A

Le père de Fiona s'est dit convaincu lundi que la mère de l'enfant et son ex-concubin, jugés devant les assises du Puy-de-Dôme pour la mort de la fillette, faisaient obstacle à la vérité. Pour le jeune homme de 31 ans, elle sait très bien où elle se trouve.

"Je suis persuadé qu'elle sait où est ma fille": le père de Fiona s'est dit convaincu lundi 21 que la mère de l'enfant et son ex-concubin, jugés devant les assises du Puy-de-Dôme pour la mort de la fillette, faisaient obstacle à la vérité. Entendu pendant plus de deux heures à la barre comme témoin, Nicolas Chafoulais a fixé à plusieurs reprises son ancienne compagne avant de l'interpeller les yeux dans yeux, lorsque celle-ci s'est mise à bredouiller de plates excuses.

"Tu le sais très bien (où elle est). Arrête! Vous le savez très bien, comme vous savez très bien ce que vous avez fait à Fiona", a lancé M. Chafoulais, en s'agrippant à la barre. "Si elle ne le dit pas, c'est qu'elle a une raison". Vêtu d'un sweat à capuche gris, une paire de lunettes rouges sur le nez, le jeune homme de 31 ans a raconté d'une voix chevrotante la naissance de sa fille, "le plus beau jour de (sa) vie".

Alors sans emploi, c'est lui qui s'occupe de Fiona et de sa petite sœur avant sa séparation avec la mère des enfants. "Ma fille, elle était pas compliquée. Le matin, je lui faisais des câlins, elle prenait son bol de céréales (...), je la peignais, pas des coiffures magnifiques, hein, avant de l'amener à l'école. C’était une vie normale", se remémore le jeune père, tandis que l'émotion envahit la salle d'audience.

Le père de Fiona, qui a obtenu depuis la garde exclusive d'E., la sœur de Fiona, s'est également dit pessimiste sur la possibilité de lui donner un jour une sépulture. "J'avais un petit espoir mais je suis sûr que ça ne se passera pas", regrette celui qui fut un temps soupçonné d'avoir kidnappé Fiona. Lorsqu'ils étaient en couple, Cécile Bourgeon lui reprochait à l'époque "d'en avoir que pour Fiona". "Manipulatrice" et "sujette aux crises de colère" lorsqu’elle n'avait plus de "porte de sortie", Cécile Bourgeon "embobinerait" désormais la cour, estime-t-il.

Selon lui, Fiona serait décédée "parce qu'elle lui ressemblait", la fillette partageant avec son père de grands yeux bleus. "Ma fille , elle méritait pas ça. Je pense que je m'en voudrais toute la vie", assène-t-il, avant de verser des larmes. Cécile Bourgeon et Berkane Makhlouf sont notamment accusés de violences ayant entraîné la mort sans intention de la donner sur mineure de moins de 15 ans, par ascendant ou par personne ayant autorité. Ils encourent 30 ans de réclusion criminelle. Le verdict est attendu vendredi soir.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Le verdict est attendu vendredi soir.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-