Nancy: la justice estime qu'il faut laisser mourir Inès atteinte d'une maladie grave, les parents contestent

Nancy: la justice estime qu'il faut laisser mourir Inès atteinte d'une maladie grave, les parents contestent

Publié le 08/12/2017 à 07:12 - Mise à jour à 07:13
© MARTIN BUREAU / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Jeudi, la justice administrative a donné raison au CHRU de Nancy qui estime qu'il faut arrêter les soins prodigués à la jeune Inès, 14 ans. Celle-ci est atteinte d'une maladie neuromusculaire incurable. Les parents contestent.

Les médecins veulent arrêter les traitements, les parents veulent coûte que coûte poursuivre les soins dans l'espoir d'une guérison. Et la justice administrative a décidé jeudi 7 de donner raison à l'hôpital. Elle confirme l'analyse des médecins, affirmant que la jeune Inès, 14 ans, ne pourra pas guérir de sa maladie neuromusculaire, et qu'il est donc opportun d'arrêter les traitements.

Le tribunal administratif confirme donc que l'acharnement thérapeutique ne doit pas être poursuivi et que l'adolescente doit plutôt être accompagnée pour sa fin de vie dans un cadre palliatif.

La jeune fille a été frappée d'une crise cardiaque en juin, consécutive à sa maladie, et a été hospitalisée en juin au CHRU de Nancy. Les parents exigent que les soins qui maintiennent leur enfant en vie soient poursuivis, ce qui semble une option sans aucun espoir pour le corps médical, et pourrait correspondre à une "obstination déraisonnable" interdit par la loi.

De leurs côtés, les parents, qui croient encore qu'une amélioration de la santé de l'adolescente est envisageable, estiment que l'on ne peut passer outre leur autorité parentale pour des soins sur une mineure.

Voir aussi: Nancy: les médecins veulent "laisser mourir" une ado dans le coma contre l'avis de ses parents

Le père et la mère de la jeune Inès ont maintenant 15 jours pour contester la décision devant le Conseil d'Etat, ce qu'ils s'apprêtent à faire selon leur avocat. Le CHRU de Nancy a annoncé, par mesure de prudence, qu'il n'envisagerait aucune démarche d'arrêt des soins dans les deux prochaines semaines, dans l'attente de la suite judiciaire qui serait donnée par les parents. 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




La justice confirme la décision d'arrêter les soins d'Inès.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-