Neymar accusé de viol: la vidéo d'une altercation avec la plaignante révélée

Auteur(s)
La rédaction de France-Soir
Publié le 06 juin 2019 - 20:50
Image
Neymar avant Brésil Qatar juin 2019.
Crédits
©Photo EVARISTO SA/AFP
Une nouvelle vidéo révélée par la télévision brésilienne permet d'analyser l'affaire Neymar sous un autre angle.
©Photo EVARISTO SA/AFP

Nouveau rebondissement dans l'affaire Neymar, dans laquelle l'attaquant du PSG est accusé de viol par Najila Mendes de Souza, une jeune femme de 26 ans. La vidéo d'une altercation entre les deux protagonistes a été révélée par la télévision brésilienne. Selon le père du footballeur, elle accrédite la défense de son fils, qui assure avoir été piégé.

L'année 2019 est décidément compliquée pour Neymar. L'attaquant du PSG, qui a une nouvelle fois été blessé une bonne partie de la saison, et qui n'a décroché qu'un titre de champion de France, a dû déclarer forfait pour la Copa América avec le Brésil après une blessure à la cheville droite.

Côté extra-sportif, le footballeur est aussi dans la tourmente. Une jeune femme de 26 ans, Najila Mendes de Souza, l'accuse de viol. Les faits présumés se seraient déroulés mi-mai dans un hôtel parisien, alors qu'elle était dans la capitale suite à l'invitation de Neymar, qu'elle avait rencontré sur les réseaux sociaux.

Dans son témoignage à la télévision, sur la chaîne SBT, la victime présumée a affirmé avoir été victime d'un viol. Au départ, elle reconnaît avoir voulu coucher avec lui, mais assure avoir dit stop quand le footballeur lui a dit qu'il n'avait pas de préservatif. Elle aurait malgré tout continué à l'embrasser et c'est ensuite que Neymar serait devenu violent.

Lire aussi: Neymar accusé de viol - il publie échanges et photos intimes pour sa défense

"Je lui ai dit qu’il ne se passerait rien. Il n’a pas répondu, on a continué et puis d’un coup il m’a retournée et a commis l’acte. Je lui ai demandé d’arrêter. Pendant qu’il continuait, il me frappait les fesses violemment. Ça a duré quelques secondes, ensuite je me suis retirée. Je lui ai dit plusieurs fois stop", a-t-elle raconté lors de son interview.

Quelques heures après la retransmission de ce témoignage, la chaîne Record TV a révélé une nouvelle vidéo, où l'on voit une altercation entre la jeune femme et Neymar.

Sur ces nouvelles images, filmées vraisemblablement d'un téléphone portable posée à la verticale à l'entrée de la chambre, on peut deviner que les deux jeunes gens s'embrassent hors champ avant de s'allonger sur le lit, elle à califourchon sur lui.

On entend alors murmurer puis un bruit de gifle et Neymar qui dit "non, ne me frappe pas, non". Elle se met à crier: "Tu vas me frapper, hein? Tu vas me frapper?". Les deux protagonistes se relèvent et la jeune femme se met à frapper le footballeur, qui met ses pieds et ses bras en opposition. "Tu sais pourquoi je te frappe? Tu sais pourquoi? Parce que tu m’as agressée hier. Tu m’as laissée seule ici", crie encore Najila Mendes de Souza.

L'extrait dure une minute et sept secondes. Selon l'avocat de la plaignante, la vidéo serait en réalité plus longue et aurait été remise aux enquêteurs.

Danilo Garcia de Andrade, qui est le nouvel avocat de Najila Mendes de Souza (les autres ayant fait défection pour cause d'incohérences dans son récit des faits), a déclaré à Globo ce que sa cliente lui avait expliqué au sujet de cette nouvelle vidéo: "Ce qu’elle m’a dit à propos de la deuxième rencontre, c’est qu’elle avait besoin de la preuve de cette agression, cette gifle que Neymar lui aurait donnée. Elle a attiré Neymar dans sa chambre et l’a enregistré dans cette situation".

Pour la défense de Neymar, cette vidéo est une nouvelle preuve qui indique qu'il a été piégé. C'est la ligne de défense de la star du PSG, qui assure être victime d'une tentative d'extorsion de fonds depuis le début.

"L’image parle d’elle-même. Les gens peuvent voir que c’était un piège et qu’il a été agressé", a déclaré le père de Neymar sur la chaîne Record TV.

L'affaire devrait connaître des évolutions d'ici vendredi 7 juin, puisque les enquêteurs doivent à nouveau interroger la victime présumée.

Soutenez l'indépendance deLogo FranceSoir

Faites un don