Nigeria: d'anciennes victimes de Boko Haram violées par des responsables sécuritaires nigérians

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Nigeria: d'anciennes victimes de Boko Haram violées par des responsables sécuritaires nigérians

Publié le 02/11/2016 à 09:37 - Mise à jour à 09:50
©Abdulkareem Haruna/Sipa
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Lundi l'organisation Human Rights Watch (HRW) a dénoncé les agissements de responsables nigérians à l'égard de réfugiés. Elle accuse ces hommes de viols et d'abus sexuels.

Un rapport dévoilé par l'organisation Human Rights Watch (HRW) affirme que des responsables nigérians, notamment des soldats, des policiers et des membres d'une milice d'autodéfense, se sont adonnés à des exactions envers des réfugiées.

Ce sont au total 43 femmes ou filles, déplacées dans sept camps de la ville de Maiduguri la capitale de l'Etat du Borno, qui ont été recensée par HRW comme ayant été abusé sexuellement par des responsables de ces camps.  Certaines ont été droguées puis violées alors que d'autres ont été contraintes à des relations non consenties en échange d'assistance financière ou de fausses promesses de mariage.

Placés dans des camps suite à l'emprise du groupe islamiste Boko-Haram sur le nord du Nigeria, les quelque 2,6 millions de personnes déplacées vivent maintenant sous la coupe des soldats et des policiers qui leur promettent monts et merveilles en l'échange de rapports sexuels.

"C'est déjà terrible que ces femmes et jeunes filles n'obtiennent pas le soutien dont elles ont tant besoin après les traumatismes effroyables dont elles ont été victimes aux mains de Boko-Haram. Mais c'est honteux et scandaleux que les personnes qui sont censées protéger ces femmes et ces filles les attaquent et abusent d'elles" dénonce dans un communiqué Mausi Segun, chercheuse pour le HRW.

Une fille de 17 ans raconte à l'organisation: "un jour, un policier m'a demandé d'avoir des relations sexuelles avec lui. J'ai refusé mais il m'a forcée. Cela n'est arrivé qu'une fois mais je suis tombée enceinte. Quand je lui en ai parlé, il a menacé de me tuer si j'en parlais à quelqu'un. J'étais terrorisée et je n'ai pas porté plainte".

Quant à lui, le président du Nigeria, Muhammadu Buhari a déclaré dans un communiqué qu'il avait demandé à la police "de commencer immédiatement une enquête à ce sujet" et qu'il était "préoccupé et choqué" par ce rapport.

Depuis 2009, le groupe islamiste Boko Haram a fait plus de 20.000 morts au Nigeria et les 2,6 millions de déplacés ne peuvent toujours pas rentrer chez eux. Ces derniers commencent à souffrir de la famine et des problèmes sanitaires.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Au total ce sont 43 femmes réfugiées qui ont été abusées sexuellement et violées par des policiers et des soldats nigerians

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-