Orne: un détenu de 22 ans s'est suicidé à la prison d'Argentan

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Orne: un détenu de 22 ans s'est suicidé à la prison d'Argentan

Publié le 08/08/2018 à 07:39
© DENIS CHARLET / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de France-Soir
-A +A

Un détenu de la prison d'Argentan (Orne), âgé de 22 ans, s'est suicidé dans la nuit de samedi à dimanche, alors que les syndicats pénitentiaires avaient fait état de tensions depuis des mois au sein de l'établissement.

Un jeune homme de 22 ans, incarcéré à la prison d'Argentan dans l'Orne, et qui devait être libéré en 2023, s'est suicidé dans la nuit de samedi 4 à dimanche 5, alors que les syndicats pénitentiaires avaient alerté sur les vives tensions qui existaient entre prisonniers depuis plusieurs mois, et les pressions que pouvaient subir les plus faibles.

Le détenu en question n'était pas connu pour être suicidaire mais était incarcéré dans "une unité de vie où il y a de gros problèmes de comportement", a indiqué à Ouest-France Elodie Sylla, responsable du quartier disciplinaire et représentante du syndicat pénitentiaire Force ouvrière.

Selon cette même source, la situation n'a fait que se compliquer ces derniers mois dans la prison d'Argentan: "Ca n’a pas arrêté. C’était incident sur incident. Des bagarres dans tous les coins".

Lire aussi: à Fleury-Mérogis la série noire de suicides se poursuit

Les prisonniers les plus faibles subiraient des pressions énormes de la part des gros bras, qui les auraient menacés pour faire entrer des stupéfiants dans l'établissement pénitentiaire, par le biais des familles, de ceux qui avaient droit à des visites.

"Certains détenus sont prêts à renoncer aux visites de leur famille car ils ont peur. Tous les détenus veulent partir d’Argentan, ou être placés en isolement. Dans le même temps, on récupère de nouveaux détenus toutes les semaines. On ne sait plus où les mettre", a insisté Elodie Sylla, pointant du doigt le manque criant de moyens, tant humains que techniques, pour gérer le "trafic énorme" du centre.

Rien qu'au mois de juillet, les surveillants de cette prison n'auraient pas eu le choix que de cumuler, à eux tous, 4.000 heures supplémentaires, pour contenir la situation. "Des agents renoncent même à des repos. Cela fait des mois qu’on signale la situation", a-t-elle souligné, alors que l'ouverture d'une cellule de crise a été demandée par son syndicat.

Et aussi:

Villepinte: un détenu tentait d'échanger sa place avec son frère

Une infirmière prise en otage pendant quelques heures par un détenu

Evasion par les toits à Colmar: deux détenus en cavale

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Un détenu de 22 ans, qui devait être libéré en 2023, s'est suicidé à la prison d'Argentan dans l'Orne.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-