Quatre personnes interpellées après un viol collectif diffusé sur les réseaux sociaux

Quatre personnes interpellées après un viol collectif diffusé sur les réseaux sociaux

Publié le 27/01/2018 à 16:44 - Mise à jour à 16:46
© JACQUES DEMARTHON / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Quatre personnes hommes ont été interpellées mardi en banlieue de Limoges. Ils sont suspectés d'avoir violé en réunion une jeune fille. Des images ont été mises en lignes sur les réseaux sociaux.

Les faits reprochés aux interpellés sont particulièrement sordides. Trois hommes et une femme, âgés de 16 à 18 ans, ont été arrêtés et placés en garde à vue dans le cadre d'une enquête suite à viol collectif sur une jeune fille à Saint-Just-le-Martel (Haute-Vienne) en mai 2017.

Selon Le Populaire, qui révèle l'information, le crime aurait eu lieu au cours d'une soirée alcoolisée. Détail particulièrement sordide, des vidéos du viol, tournées par des témoins qui ne sont pas intervenus, ont été mises en ligne sur les réseaux sociaux et abondement partagées. La victime était inconsciente au moment des faits, probablement à cause des effets de l'alcool.

Voir également - Une jeune femme, piégée sur Facebook, victime d'un viol collectif sur le Champ de Mars de Paris

Selon le quotidien régional, les quatre protagonistes de cette affaire sordide qualifiée de "grave et violente" par le procureur de la République de Limoges ont été arrêtés mardi 23 au matin. A l'issue de 48 heures de garde à vue, les quatre interpellés ont été présentés à un juge d'instruction puis à un juge des libertés qui a décidé de leur placement en détention provisoire.  Ils devraient être jugés par la cour d’assises des mineurs.

Lire aussi - Viol collectif dans une cage d'escalier à Sevran: 13 jeunes jugés

Comme le rappelle l'article 222-23 du code pénal (source Legifrance), "tout acte de pénétration sexuelle, de quelque nature qu'il soit, commis sur la personne d'autrui par violence, contrainte, menace ou surprise est un viol". Il est puni par quinze ans de réclusion criminelle.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




La victime était inconsciente au moment des faits, en mai 2017.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-