Une escort-girl tire deux balles dans la tête de son client, il n'était pas assez bon au lit

Une escort-girl tire deux balles dans la tête de son client, il n'était pas assez bon au lit

Publié le 13/11/2017 à 12:11 - Mise à jour à 12:19
© LOIC VENANCE / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Une jeune escort-girl de 21 ans comparaissait mercredi devant un tribunal de l'Etat de Washington, aux Etats-Unis. Elle a avoué avoir tiré deux balles dans la tête de l'un de ses client parce qu'il n'était "pas bon au lit". L'homme s'en est miraculeusement sorti.

Une jeune femme de 21 ans a comparu mercredi 8 devant un tribunal de l'Etat de Washington, aux Etats-Unis. Cette escort-girl a reconnu avoir tiré à deux reprises dans la tête de l'un de ses clients. Après l'avoir laissé pour mort chez lui, elle avait utilisé ses cartes de crédit et dépensé plus de 10.000 dollars (soit plus de 8.500 euros).

Marissa Wallen a expliqué son geste devant la cour: "il n'était pas bon au lit et elle ne savait pas comment le lui dire", a révélé le Herald Net, un site d'information local. Elle avait rencontré l'homme dans un club de strip-tease à Seattle et était déjà venue chez lui.

Le 21 octobre dernier, elle avait tiré dans la tête de son client, âgé de 36 ans. Une balle s'était logée dans sa tête et l'autre dans sa nuque. Laissé pour mort pendant que son agresseur était partie avec ses cartes de crédit, il a miraculeusement survécu. C'est trois jours après le drame que les policiers l'avaient découvert chez lui.

Il a alors été transporté d'urgence à l'hôpital où les médecins ont pu extraire les deux projectiles de sa boite crânienne. S'il est toujours en vie, il a perdu l'usage de la parole et communique actuellement avec des gestes.

L'accusée, maman d'un jeune enfant, a été confondue grâce aux caméras de vidéosurveillance installées au domicile de la victime. Selon le site d'informations, la caution de l'escort-girl a été fixée à un million de dollars (soit plus de 800.000 euros) en attendant son procès. Elle a demandé à appeler un autre client à elle pour qu'il la lui règle.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Elle ne savait pas comment dire à son client qu'il était mauvais au lit.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-