"Emmanuel Macron ne supporte pas la contradiction, il n’aime pas son peuple" Florian Philippot

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance, faites un don !

"Emmanuel Macron ne supporte pas la contradiction, il n’aime pas son peuple" Florian Philippot

Publié le 16/08/2021 à 20:43
Neyer Valeriano / FS
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): FranceSoir

Cet espace d’opinion permet la libre expression des idées et d’engendrer le débat. Les articles et vidéos publiés dans cette rubrique peuvent parfois ne pas faire consensus, en savoir plus

-A +A

Figure de la critique de la gestion de la crise dite sanitaire, Florian Philippot alerte depuis plusieurs années sur les politiques d’austérité européennes qui ont conduit à un délitement du système de santé français. Il détaille la crise de l’hôpital public qui en résulte, épinglant au passage la Commission européenne, qui a demandé à de nombreuses reprises aux États membres de baisser leurs dépenses de santé.

Sa vision de la santé publique : quelle cohérence dans le temps long ? Comment répond-il à ceux qui lui font un procès en opportunisme ? Les manifestations au succès grandissant, le prolongement politique incontournable - y a-t-il des perspectives autres que la contestation ? - et enfin sa projection et ses analyses pour 2022... 

Autant de sujets évoqués dans cet "Entretien essentiel" dans lequel le président des "Patriotes" prend le temps de détailler ses positions, de dissiper quelques malentendus... Et de surprendre peut-être par une ouverture qu'on ne lui connaissait pas forcément :




Les points évoqués dans l'entretien :

- si la santé n’est pas une compétence européenne, même si Emmanuel Macron voudrait que cela le devienne, Florian Philippot explique certains changements depuis le début de l’épidémie et prend pour exemple la place prépondérante occupée désormais par l’Agence européenne du médicament alors que celle-ci n’est pas censée être au-dessus des agences nationales. Il déclare que l’Europe de la santé existe, "c’est l’Europe de l’austérité".

- sur la santé publique en France, il insiste sur la nécessité de faire confiance aux soignants et aux médecins et regrette que ces dernières années aient été marquées par la volonté de mettre sous tutelle les médecins libéraux. "Attaché au modèle libéral de la médecine", il pense que les médecins ne doivent pas être « fonctionnarisés » et qu’un état stratège ne doit pas empêcher les forces vives économiques ou scientifiques de vivre.

- il commente en détail la gestion calamiteuse de cette crise dans laquelle l’idéologie a souvent pris le pas sur la raison. Prenant l’exemple des frontières, il rappelle que le début de la crise a été marquée par la fermeture des frontières de tous les pays de Schenghen sauf... la France qui instaure aujourd’hui à travers son pass sanitaire des frontières partout : aux aéroports, cafés, entre les gens avec la distanciation sociale.

- il reconnaît avoir évolué sur les politiques de confinements, l’utilisation des masques après avoir observé les pratiques d’autres pays et avoir lu certaines positions de grands scientifiques comme l’épidémiologiste John Ioannidis. Comprenant les erreurs du départ et le premier confinement, il regrette que la plupart de politiques n’aient pas changé sur le sujet depuis mars 2020.

- son mouvement des Patriotes organise des manifestations depuis presque 40 semaines dans toute la France et dénonce un gouvernement qui veut faire croire aux français qu’une politique de restriction de libertés est une politique sanitaire.

- l’ampleur que connaît la mobilisation depuis le 17 juillet est due selon lui aux mesures annoncées sur le fond mais également au ton d’une violence inouïe employé par un président qui fait peur aux Français en leur faisant "la guerre".

- partisan de l’unité et dans une démarche très "œcuménique", il se félicite que même des gens qui ne le soutiennent pas politiquement puissent venir s’exprimer librement sans être rattachés à son mouvement.

- il revient sur la philosophie du QR-code, critère discriminant qui veut qu’on remette sa liberté dans les mains de l’état, une situation qualifiée de « Grande bascule », titre de son dernier ouvrage.

Auteur(s): FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Florian Philippot : l'entretien essentiel

Newsletter


Fil d'actualités Vidéos




Commentaires

-

Je m'abonne à la Newsletter FranceSoir