Amine Umlil, Olivier Véran et les données de l'ANSM: "en cas de doute, la responsabilité du vaccin ne peut être exclue"

Amine Umlil, Olivier Véran et les données de l'ANSM: "en cas de doute, la responsabilité du vaccin ne peut être exclue"

Publié le 22/10/2021 à 19:19
FS
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): FranceSoir

Cet espace d’opinion permet la libre expression des idées et d’engendrer le débat. Les articles et vidéos publiés dans cette rubrique peuvent parfois ne pas faire consensus, en savoir plus

-A +A

Il y a quelques jours, Olivier Véran assurait n'avoir connaissance d'aucun cas de décès imputable à la vaccination. À l'instar d'Éric Verhaeghe, le Dr Amine Umlil s'étonne, pour dire le moins. Selon lui, le ministre de la Santé omet de signaler des précisions importantes. Il développe sa vision des choses dans ce débriefing, proposé en partenariat avec BonSens.org :

Pharmacien spécialiste de la pharmacovigilance, il revient sur des questions essentielles, telles que :

Comment fait-on une déclaration de pharmacovigilance, combien de temps cela prend-il, qui fait ces déclarations ?

Les propos tenus par le ministre de la Santé Olivier Véran, selon lesquels il n’y a pas de décès avérés liés à la vaccination contre la Covid-19  

Les divers documents à disposition formant la base de l’analyse

Amine Umlil confirme ce que disait M. Verhaeghe : seulement pour le vaccin Pfizer, il y a plus de 900 décès enregistrés dans la base de l’ANSM, dont une trentaine probablement reliés à la vaccination, et 16 pour lesquels on ne peut pas exclure un lien d’imputabilité.

Tandis que le fondateur du "Courrier des stratèges" parlait de "parjure", M. Umlil rapporte quant à lui que le ministre de la Santé aurait simplement dû suivre les règles mises en place par l’ANSM : en l’occurrence, parler de décès « suspects ».

Durant l'entretien, Amine Umlil épluche les chiffres de l'ANSM et revient sur d’autres assertions du ministre, qu’il considère préjudiciables au consentement libre et éclairé. Il montre que les données nous poussent à douter, et qu' "en cas de doute, la responsabilité du vaccin ne peut être exclue".

Auteur(s): FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Dr Amine Umlil : alerte pharmacovigilance ?

Newsletter


Fil d'actualités Vidéos




Commentaires

-

Je m'abonne à la Newsletter FranceSoir