Affaire Narumi: un transport sur les lieux organisé en présence du suspect

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Affaire Narumi: un transport sur les lieux organisé en présence du suspect

Publié le 21/10/2020 à 21:01 - Mise à jour le 22/10/2020 à 09:22
© SEBASTIEN BOZON / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): Par AFP - Besançon

-A +A

Nicolas Zepeda, Chilien de 29 ans soupçonné d'avoir tué son ex-petite amie en 2016 à Besançon (Doubs), l'étudiante japonaise Narumi Kurosaki, a été interrogé mercredi sur le campus universitaire pour "confronter ses déclarations à la réalité des lieux", a annoncé dans la soirée le parquet de Besançon à l'AFP.

Le suspect a d'abord été auditionné par la juge d'instruction de Besançon, mercredi dans la matinée, à partir de 9H30. Puis il a ensuite été transporté sur le campus universitaire de la Bouloie, à Besançon. La juge d'instruction, le procureur, les avocats du suspect et de la famille ainsi que des enquêteurs étaient présents.

"La chambre de Narumi est toujours sous scellés depuis 4 ans, ses parents n'ayant pas encore demandé la restitution de ses affaires personnelles", a précisé le procureur, Etienne Manteaux.

Nicolas Zepeda, qui "n'a fait paraître aucune émotion", a maintenu sa version des faits, à savoir qu'"il a revu par hasard Narumi Kurosaki à Besançon, qu'ils ont vécu un temps d'intimité dans sa chambre et qu'il l'a quittée en parfaite santé après plus de 24 heures".

Il affirme n'être "en aucun cas lié à sa disparition", a poursuivi le magistrat.

Ce "transport sur les lieux" fait office de reconstitution dans cette affaire d'assassinat sans corps et "sans données médico-légales", où le suspect "nie farouchement être lié à la disparition de Narumi", a-t-il ajouté.

Les prochains "actes importants" attendus pour avancer dans l'instruction du dossier sont les expertises psychologique et psychiatrique de Nicolas Zepeda, a précisé le procureur.

Selon les enquêteurs, le suspect s'était rendu début décembre 2016 à Besançon pour voir la jeune femme. Le soir du 4 décembre, veille de sa disparition, ils étaient rentrés ensemble dans le logement de Narumi. Cette nuit-là, plusieurs étudiants avaient entendu "des hurlements de terreur, des cris", mais "personne n'a prévenu la police", avait rapporté le procureur.

D’après la géolocalisation de sa voiture de location, le suspect s'était rendu le 6 décembre 2016 à l'aube dans une zone boisée à l’est de Dole (Jura) où les enquêteurs soupçonnent qu’il s’est débarrassé du corps.

Quelques jours plus tôt, il avait acheté des allumettes et un bidon de 5 litres de produit inflammable, selon l'enquête. Malgré d’importantes recherches, compliquées par l'arrivée d'un hiver froid et neigeux, le corps n’a jamais été retrouvé.

Auteur(s): Par AFP - Besançon


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Le Chilien Nicolas Zepeda (derrière au centre) le 24 juillet 2020 à Besançon

Newsletter


Fil d'actualités France




Commentaires

-