Bruxelles valide le plan d'aide à Air France-KLM, l'Etat français pourra monter au capital

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Bruxelles valide le plan d'aide à Air France-KLM, l'Etat français pourra monter au capital

Publié le 06/04/2021 à 09:36 - Mise à jour à 11:42
©DR
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Par Tangi QUEMENER, Boris CAMBRELENG, Marie HEUCLIN, avec Daniel ARONSSOHN à Bruxelles - Paris (AFP)
-A +A

L'Etat français sera autorisé à monter à près de 30% du capital d'Air France-KLM après la validation mardi par Bruxelles d'un plan d'aide de 4 milliards d'euros au groupe aérien, durement frappé par la crise du Covid-19.

En contrepartie, "Air France s'est engagée à mettre à disposition des créneaux horaires à l'aéroport saturé de Paris Orly, où (elle) détient une puissance significative sur le marché. Ces dispositions donnent aux transporteurs concurrents la possibilité d'étendre leurs activités dans cet aéroport", a souligné la commissaire européenne à la Concurrence, Margrethe Vestager.

Le ministre français de l'Economie Bruno Le Maire a jugé cette cession de 18 créneaux, contre 24 réclamés initialement par la Commission, "tout a fait raisonnable et proportionné pour Air France", sur la radio France Inter. La compagnie a précisé que ces créneaux représentaient 5,5% de ceux dont elle dispose dans l'aéroport au sud de la capitale.

"Nous ne voulons pas qu'il y ait de dumping social, ou de dumping fiscal fait par des compagnies aériennes qui récupéreraient ces créneaux, parce que là du coup, ce serait vraiment de la concurrence injuste et de la concurrence qui pourrait fragiliser Air France", a toutefois prévenu le ministre.

La recapitalisation d'Air France-KLM, dont l'Etat français ne détenait jusqu'à présent que 14,3%, prévoit "la conversion du prêt d'État de 3 milliards d'euros déjà accordé par la France en un instrument de capital hybride" (à mi-chemin entre une part du capital et un titre de dette NDLR) ainsi qu'une "injection de capital par l'État" via une augmentation de capital "ouverte aux actionnaires existants et au marché", dans la limite d'un milliard d'euros, a détaillé la Commission.

Le plan est assorti de limitations.

L'injection de capital par l'Etat français "ne dépassera pas le minimum nécessaire pour garantir la viabilité d'Air France et de sa holding et pour rétablir la situation de fonds propres qui était la sienne avant la pandémie", a souligné l'exécutif européen.

- "Accord équilibré" pour la direction -

L'Etat devra aussi présenter un plan pour réduire à terme sa participatio au capital du fleuron aérien franco-néerlandais, dont les compagnies sont les porte-drapeaux de leurs pays dans le monde et constituent un atout stratégique en matière touristique et commerciale.

"Tant que la recapitalisation n'est pas remboursée à 100%, Air France et sa holding sont soumis à une interdiction de dividendes", a souligné la Commission.

Le directeur général d'Air France-KLM a salué un "accord équilibré". Il représente une "très bonne nouvelle pour le groupe Air France car cette opération nous permet de stabiliser notre bilan dans le cadre de contreparties acceptables", a affirmé Benjamin Smith lors d'une téléconférence de presse.

Parmi les plus gros actionnaires d'Air France-KLM, seuls l'Etat français et China Eastern, qui détient actuellement 8,8% des parts, participeront à l'augmentation de capital - la compagnie chinoise s'engageant à rester sous 10%.

Le groupe américain Delta Air Lines, actuellement actionnaire à la même hauteur que China Eastern, ne participera pas à l'opération car la réglementation américaine le lui interdit.

Reste le cas de l'Etat néerlandais, qui possède 14% et ne participera pas non, mais mène séparément des négociations avec la Commission sur une aide à KLM. Sa participation sera donc logiquement réduite à l'issue de l'opération.

M. Le Maire et son homologue néerlandais Wopke Hoekstra ont souligné dans un communiqué commun que leurs Etats voulaient "dimensionner [leur] aide au minimum requis et nécessaire, et n'envisage(aie)nt pas de nationaliser (tout ou partie) du groupe". Les deux ministres ont dit faire confiance à la direction du groupe pour "rééquilibrer ses comptes".

"La montée au capital c'est quelque chose d'indispensable, on ne pouvait pas continuer sur cette trajectoire", a salué le vice-président du syndicat SNPL Air France, Guillaume Schmid, se déclarant "globalement (...) satisfait" des déclarations de M. Le Maire.

"L'Etat avait la capacité de nationaliser l'entreprise, ça aurait coûté moins cher. Le scandale c'est d'avoir cédé face à l'Union européenne", a dénoncé pour sa part le co-secrétaire général du syndicat CGT Air France, Vincent Salles.

Malgré cet apport d'oxygène, l'activité d'Air France-KLM reste à la merci des aléas de la crise sanitaire: le groupe a annoncé mardi prévoir une perte d'exploitation de 1,3 milliard d'euros au premier trimestre 2021.

Air France-KLM, qui est affecté comme l'ensemble du secteur aérien mondial, a assuré qu'il escomptait "toujours une reprise significative de la demande" à partir de l'été, misant donc sur la levée des restrictions aux voyages et la progression des campagnes de vaccination face à la flambée de l'épidémie dans certains pays.

boc-mhc-aro-agu-tq/soe/abx

Auteur(s): Par Tangi QUEMENER, Boris CAMBRELENG, Marie HEUCLIN, avec Daniel ARONSSOHN à Bruxelles - Paris (AFP)

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




France-Soir

Newsletter


Fil d'actualités France




Commentaires

-