Covid-19: Macron demande de tenir "encore quatre à six semaines"

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Covid-19: Macron demande de tenir "encore quatre à six semaines"

Publié le 01/03/2021 à 18:56 - Mise à jour le 02/03/2021 à 07:44
© BENOIT TESSIER / POOL/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s):
-A +A

Emmanuel Macron a estimé lundi qu'il fallait encore tenir "quatre à six semaines" contre le Covid-19, misant sur la vaccination bientôt élargie à une partie des plus de 65 ans, au moment où un nouveau tour de vis dans vingt départements est toujours envisagé.

"Il faut tenir encore quelques semaines, quatre à six semaines", a affirmé le chef de l'Etat lors d'une visite à Stains (Seine-Saint-Denis), répondant à un jeune homme qui lui demandait de repousser le couvre-feu de 18H00 à 19H00, a constaté l'AFP.

Selon l'Elysée, le chef de l'Etat faisait référence à la progression de la vaccination des plus âgés, qui doit permettre d’éclaircir l'horizon en allégeant la pression hospitalière.

Mais sur le plateau du 20h de France 2, le ministre de la Santé, Olivier Véran, a été plus explicite : "le président rappelle, et il a totalement raison, que hélas sur les 4 à 6 prochaines semaines, il ne faut pas compter qu'on réduise la voilure des mesures, le couvre-feu et les mesures actuelles seront à minimum sur les 4 à 6 prochaines semaines".

L'exécutif mise sur la montée en puissance de la vaccination, alors que pour l'heure, près de 3 millions de personnes ont reçu au moins une dose, dont 1,5 million ont été vaccinées avec deux doses, en majorité des personnes âgées et des professionnels de santé avec les vaccins de Pfizer/BioNTech et de Moderna.

La campagne va s'accélérer avec l'ouverture aux 65-75 ans atteints de comorbidités (obésité, diabète, cancers, maladies cardiovasculaires), "soit 2,5 millions de Français en plus", qui pourront recevoir le vaccin d'AstraZeneca chez "leur médecin traitant, dans l'hôpital qui les suit" ou "dans quelques jours en pharmacie", a annoncé lundi soir Olivier Véran, en s'appuyant sur une décision de la Haute autorité de santé (HAS).

Jusqu'ici, le produit d'AstraZeneca, réservé aux 50-64 ans les plus fragiles et aux professionnels de santé, manquait de bras à piquer, les soignants ne se pressant pas pour se faire vacciner, à cause notamment de forts effets secondaires chez les plus jeunes, la plupart du temps des symptômes grippaux.

Sur 1,6 million de doses d'AstraZeneca reçues à fin février, seulement 275.000 avaient été injectées.

- "Ne nous reconfinez pas" -

La France est confrontée à une reprise épidémique soutenue du Covid-19, mais le gouvernement veut éviter un reconfinement généralisé, en comptant notamment sur des mesures territorialisées en plus du couvre-feu national à 18h.

"Je vous ai entendu, on fait tout ce qu'on peut", a répondu Emmanuel Macron à un senior vendu se faire vacciner dans un centre de Bondy, qui lui a lancé: "Ne nous reconfinez pas".

Il s'agissait de la première visite du chef de l'Etat dans un centre de vaccination depuis le début de la campagne. Il est ensuite parti de son côté pour une promenade improvisée dans le XVIIIè arrondissement de Paris, à la rencontre des habitants, sans prévenir la presse.

Des concertations ont eu lieu lundi entre préfets et élus locaux des vingt départements, notamment en Ile-de-France et autour des grandes métropoles (Lyon, Marseille, Lille) qui craignent une nouvelle explosion des contaminations avec la propagation des variants plus contagieux. Des confinements locaux le week-end, comme à Nice et Dunkerque, pourraient être ordonnés à l'issue de ces consultations.

La maire PS de Paris, Anne Hidalgo, a elle réitéré son opposition à un confinement de la capitale le week-end, prônant au contraire l'accès aux espaces publics pour la population et demandant que le rythme de vaccination soit multiplié par quatre.

- Cours en extérieur -

Pour faire face à l'épidémie, Mme Hidalgo a encore proposé "aux enseignants de faire cours fenêtres ouvertes en profitant notamment du retour des beaux jours" et en "extérieur toutes les fois que cela sera possible".

Dans la Drôme, le port du masque est désormais obligatoire dans l'ensemble des centres-bourg et des centres-ville du département, a indiqué la préfecture.

Emmanuel Macron doit en outre tenir cette semaine une réunion avec des membres du gouvernement pour préparer la mise en place d'un "pass sanitaire", qui ne sera pas un "passeport vaccinal", en vue de la réouverture des lieux culturels et des restaurants.

Au niveau européen, où l'idée d'un pass vaccinal doit être débattue, la France est parvenue dimanche à conserver ouverte sa frontière avec l'Allemagne. Mais un test négatif de moins de 48 heures sera désormais exigé à partir de mardi depuis la Moselle, une situation qui concerne 16.000 travailleurs français.

Dimanche, à Paris, 3.600 policiers et gendarmes avaient tenté de réguler l'affluence sur les quais de Seine. A Toulouse, la préfecture a interdit l'accès aux berges de la Garonne.

Plus de 3.500 personnes atteintes du coronavirus étaient soignées lundi dans les services de réanimation, un chiffre qui progresse depuis plusieurs jours. Au total, près de 87.000 malades du Covid-19 sont morts depuis le début de l'épidémie.

Auteur(s): Par Paul AUBRIAT avec Laurence BENHAMOU - Paris (AFP)

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Emmanuel Macron au centre de vaccination de Bobigny (Seine-Saint-Denis), le 1er mars 2021

Newsletter


Fil d'actualités France




Commentaires

-