Covid-19: tous les vaccins doivent pouvoir être administrés par les pharmaciens, juge la HAS

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Covid-19: tous les vaccins doivent pouvoir être administrés par les pharmaciens, juge la HAS

Publié le 02/03/2021 à 09:51 - Mise à jour à 11:54
© Thomas SAMSON / POOL/AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Par AFP - Paris
-A +A

Tous les vaccins contre le Covid-19 doivent pouvoir être administrés par les pharmaciens, les infirmiers et les sages-femmes, en plus des médecins, afin d'accélérer la campagne de vaccination, a recommandé mardi la Haute autorité de santé (HAS).

Jusqu'à présent, la HAS estimait que seul le vaccin d'AstraZeneca pouvait être injecté par les pharmaciens et les sages-femmes, et pas les deux autres disponibles en France, ceux de Pfizer/BioNTech et Moderna.

L'extension des compétences de tous ces professionnels de santé "est un levier d'accélération de la campagne" de vaccination, a souligné la présidente de la HAS, Dominique Le Guludec, lors d'une conférence de presse en ligne.

L'objectif est de "diversifier le profil des vaccinateurs, de multiplier les lieux de vaccination et, in fine, de simplifier cette vaccination", a-t-elle poursuivi, en estimant que "la vaccination par les pharmaciens va pouvoir fluidifier et accélérer le processus de vaccination".

Une fois formulés, les avis de la HAS doivent ensuite être approuvés par le gouvernement pour entrer en vigueur.

Outre l'administration des vaccins, la HAS préconise aussi d'étendre les compétences des différents professionnels de santé pour leur prescription.

Elle recommande ainsi que les pharmaciens puissent prescrire tous les vaccins contre le Covid, sauf aux femmes enceintes et aux personnes atteintes d'un problème sanguin appelé trouble de l'hémostase.

De plus, elle conseille que les sages-femmes puissent aussi prescrire les vaccins aux femmes, "en particulier les femmes enceintes".

Pour l'instant, les vaccinations contre le Covid ont essentiellement lieu dans les hôpitaux et les centres de vaccination. Une nouvelle étape de la campagne s'est toutefois ouverte jeudi dernier, avec la possibilité pour les médecins de ville et médecins du travail d'injecter le vaccin d'AstraZeneca aux personnes de 50 à 64 ans atteintes de comorbidités.

Par ailleurs, la HAS a justifié dans son avis la décision d'administrer désormais le vaccin d'AstraZeneca aux plus de 65 ans, annoncée la veille par le ministre de la Santé Olivier Véran.

Cet élargissement a été motivé par de nouvelles données venant d'une étude menée en Ecosse, qui montrent des "pourcentages d'efficacité extrêmement encourageants" du vaccin d'AstraZeneca pour éviter l'hospitalisation chez les plus âgés, a expliqué Elisabeth Bouvet, présidente de la Commission technique des vaccinations de la HAS.

Cette étude montre notamment que 28 à 34 jours après la première injection, le vaccin d'AstraZeneca était efficace à 94% pour éviter l'hospitalisation, alors qu'il a "été administré majoritairement chez les patients de plus de 65 ans", selon la HAS.

Dans son avis, la HAS "souligne toutefois que ces résultats portent sur les hospitalisations et ne quantifient pas l'impact du vaccin AstraZeneca sur la survenue de formes symptomatiques de la maladie, ni sur la réduction des décès".

Pour autant, "ces résultats nous permettent sans arrière-pensée d'étendre l'utilisation du vaccin AstraZeneca aux plus de 65 ans, et ce sans limite d'âge supérieure", a commenté la Pr Le Guludec.

Dans un premier temps, la HAS avait préconisé le 2 février de ne pas administrer le vaccin d'AstraZeneca aux plus de 65 ans.

"Les données cliniques disponibles à ce moment-là n'étaient pas suffisantes" pour cette classe d'âge, s'est justifiée la Pr Le Guludec, en rappelant que la HAS "réactualise ses avis en fonction des données qui sortent".

"Pour les personnes qui ont 75 ans et plus, c'est toujours le Pfizer ou le Moderna" qui sera injecté "en centre de vaccination", a précisé M. Véran lundi soir.

Auteur(s): Par AFP - Paris

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Présentation de doses de vaccins Pfizer-BioNTech lors du début des vaccinations à l'hôpital de Sevran le 27 décembre 2020

Newsletter


Fil d'actualités France




Commentaires

-