Fin des 10 km le 2 mai et ouverture des terrasses mi-mai, dit à l'AFP une source proche de l'exécutif

Fin des 10 km le 2 mai et ouverture des terrasses mi-mai, dit à l'AFP une source proche de l'exécutif

Publié le 21/04/2021 à 09:39 - Mise à jour à 10:34
© Lewis Joly / POOL/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Par AFP - Paris

Cet article provient directement de l'AFP (Agence France Press). Plus de détails sur les différentes typologies d'articles publiés sur FranceSoir, en savoir plus

-A +A

L'exécutif prévoit de lever le 2 mai l'interdiction de s'éloigner de plus de 10 km de son domicile, d'alléger éventuellement le couvre-feu et de rouvrir à partir de mi-mai les terrasses, commerces non alimentaires et lieux de culture, avec des jauges réduites, a expliqué à l'AFP une source proche de l'exécutif.

Comme il l'avait indiqué fin mars, Emmanuel Macron reprendra lui-même la parole pour annoncer les modalités de la réouverture, vraisemblablement d'ici la première semaine de mai, selon cette source.

Un Conseil de défense se tient mercredi matin, alors que la situation sanitaire ne s'améliore que très lentement.

Le chef de l'Etat avait annoncé le 31 mars, pour quatre semaines à partir du samedi 3 avril - donc jusqu'au 2 mai - un couvre-feu à 19H00 dans tout l'Hexagone, la limitation des déplacements à 10 km du domicile sauf motif impérieux, ainsi que le recours systématique au télétravail.

Il avait aussi évoqué une réouverture à partir de la mi-mai pour les terrasses de cafés-restaurants et des lieux de culture, un objectif qu'il a réaffirmé ensuite devant des maires et qu'ont confirmé des membres du gouvernement.

Ce calendrier de réouverture est acté, a souligné cette source proche de l'exécutif. Et il n'y aurait donc plus d'attestation de sortie début mai.

Ce choix reflète la conviction, à l'Elysée comme à Matignon, que le nombre de contaminations tombera autour de 20.000 par jour d'ici un mois et que l'objectif des 20 millions de vaccinés avec au moins une dose, prévu mi-mai, sera atteint.

L’Elysée rappelle de son côté que "le président s’est engagé sur un calendrier de réouvertures progressives et fonction de l’évolution de l'épidémie".

L'épidémie amorce un pente descendante, avec une baisse des contaminations. Depuis cinq jours, "nous amorçons une décroissance de l'épidémie", avec 33.000 cas par jour en moyenne, a estimé le ministre de la Santé Olivier Véran dans une interview au Télégramme.

Plusieurs points restent en discussion d'ici début mai. A commencer par le couvre-feu, que les plus prudents au gouvernement voudraient retarder d'une heure au maximum en métropole, à 20H00, tandis les partisans de la réouverture plaident pour 23H00. Dans des cas similaires, le chef de l'Etat a souvent opté pour un compromis à mi-chemin.

Autres questions à trancher, les jauges dans les lieux de culture et la taille des commerces pouvant rouvrir. Des concertations se poursuivent aux ministères de la Culture et de l'Economie avec les professionnels.

Les jauges pourraient varier en fonction des territoires, avec un seuil plancher à 35%, qui varierait en fonction du niveau de circulation du virus.

Le calendrier des prochaines étapes d’ouverture (salles de sports, boites de nuit, festivals etc...) reste également à préciser.

L'exécutif réfléchit aussi à déployer dans les établissements scolaires des autotests que la Haute autorité de santé devrait autoriser cette semaine.

Ce sujet, tout comme le protocole sanitaire à appliquer à la rentrée, soulève des questions d'organisations complexe. Faut-il prévoir systématiquement un adulte pour superviser les tests, pas si simples à effectuer ? Et faut-il tester tous les enfants et à partir de quel âge ?

Le gouvernement envisage également, comme l'a évoqué Emmanuel Macron mardi soir lors de la réunion hebdomadaire à l'Elysée sur la vaccination, une campagne de communication pour rassurer les Français sur le vaccin AstraZeneca, objet de réticences.

Auteur(s): Par AFP - Paris

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Emmanuel Macron lors d'une réunion sur la campagne de vaccination à l'Elysée le 20 avril 2021

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-