Incendie à Meylan: les 8 hommes interpellés remis en liberté

Incendie à Meylan: les 8 hommes interpellés remis en liberté

Publié le 09/11/2017 à 09:07 - Mise à jour à 09:55
© JEAN-PIERRE CLATOT / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Par AFP

Cet article provient directement de l'AFP (Agence France Presse). Plus de détails sur les différentes typologies d'articles publiés sur FranceSoir, en savoir plus

-A +A

Les huit hommes interpellés mercredi dans le cadre de l'enquête sur l'incendie volontaire, fin octobre, à la gendarmerie de Meylan (Isère) ont été remis en liberté, a-t-on appris jeudi auprès du parquet de Grenoble.

"Toutes les gardes à vue ont été levées dans la nuit (...) Ces individus ont déclaré n'être pour rien dans cet incendie et aucun élément n'a été trouvé à leur encontre. Du coup, la piste anarcho-libertaire est de plus en plus sérieuse", a déclaré à l'AFP le procureur de la République, Jean-Yves Coquillat.

"Cette opération était destinée à fermer la porte à un mobile de vengeance contre la gendarmerie. Les enquêteurs avaient ciblé un certain nombre de délinquants pour des incendies déjà commis à Meylan ou pour des menaces proférées à l'encontre des gendarmes lors d'affaires déjà traitées, ou les deux. Les perquisitions réalisées se sont avérées toutes négatives", a ajouté le magistrat.

Le 26 octobre, quatre voitures et une moto avaient été incendiées en pleine nuit dans l'enceinte de la gendarmerie de Meylan, dans l'agglomération grenobloise. Les conséquences auraient pu être "dramatiques" si le feu s'était propagé au bâtiment d'habitation voisin, au lieu d'en noircir simplement les façades, avait alors relevé le procureur.

Un incendie avait déjà visé, le 21 septembre, le garage et des locaux techniques de la caserne du groupement de gendarmerie de l'Isère à Grenoble.

Tous les deux ont été revendiqués sur un site proche des milieux anarcho-libertaires, un groupe se présentant comme un collectif de femmes luttant contre "le sexisme" ayant notamment revendiqué celui du 26 octobre.

Ces deux incendies s'ajoutent à une série de précédentes attaques contre des institutions publiques dans la région revendiquées par la mouvance anarcho-libertaire, traditionnellement très implantée à Grenoble.

Auteur(s): Par AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Un incendie avait déjà visé, le 21 septembre, le garage et des locaux techniques de la caserne du groupement de gendarmerie de l'Isère à Grenoble.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-