Le géant du luxe Kering aurait versé des rémunérations offshore à des dirigeants, selon la presse

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Le géant du luxe Kering aurait versé des rémunérations offshore à des dirigeants, selon la presse

Publié le 11/02/2021 à 11:32 - Mise à jour à 16:51
© ERIC PIERMONT / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): Par AFP - Paris

-A +A

Le géant du luxe Kering, qui détient les marques Gucci, Balenciaga et Yves Saint Laurent, aurait utilisé pendant des années des filiales financières au Luxembourg pour verser des "rémunérations offshore" à certains de ses dirigeants, affirme jeudi le quotidien Le Monde.

Au terme de l'enquête OpenLux menée par plusieurs journaux européens, dont Le Monde, pour passer au crible le régime fiscal du Grand-Duché, le journal affirme que Kering a mis en place un "système de rémunération offshore" pour "verser des dizaines de millions d'euros de salaires à ses dirigeants, par l'intermédiaire d'une société luxembourgeoise baptisée Castera".

Le site Mediapart avait détaillé en 2018 comment Kering avait réglé "une partie des salaires du patron de Gucci, Marco Bizzarri" via cette société créée en l'an 2000, "économisant une grande partie des cotisations sociales qu'il aurait payées en Italie", rappelle-t-il.

Kering "a reconnu auprès du Monde que +plusieurs+ autres dirigeants des prestigieuses maisons du groupe ont été salariés et rémunérés par cette société luxembourgeoise, dans laquelle ils n'ont jamais mis les pieds", dit l'article.

Castera aurait ainsi "versé 78 millions d'euros de salaires à ces mystérieux bénéficiaires, en 2018", en payant "moins de 1% de cotisations sociales (...) contre au moins 10% si elles avaient été versées depuis la France". Kering a indiqué au journal "que ni le PDG, François-Henri Pinault, ni son bras droit, Jean-François Palus, ne sont concernés".

Interrogé par l'AFP, Kering a affirmé que la "présence de filiales au Luxembourg est normale" pour un groupe "international, présent dans plus de 60 pays", ajoutant: "l'activité de ces sociétés, dont le nombre est très limité et l'existence liée à des raisons historiques, est parfaitement légitime et légale".

Selon Le Monde, ce "système de rémunération offshore" a été abandonné "en mars 2019" par Kering qui a transféré "la plupart de ses actifs du Luxembourg vers les Pays-Bas – un autre paradis fiscal un peu plus opaque, où elle n'a pas l'obligation de publier ses comptes".

Après avoir été condamné en 2019 en Italie à payer une amende record de 1,25 milliard d'euros pour fraude fiscale, Kering est visé en France depuis février 2019, par une enquête du parquet national financier, pour "blanchiment de fraude fiscale aggravé" et, selon Le Monde, le fisc "lui réclame 150 millions d'euros dans le cadre d'un redressement fiscal sur sa filiale française Yves Saint Laurent".

L'administration fiscale a indiqué à l'AFP que le "secret fiscal ne (lui) permet pas de confirmer ou d'infirmer ces chiffres".

Auteur(s): Par AFP - Paris


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Le géant du luxe Kering, qui détient les marques Gucci, Balenciaga et Yves Saint Laurent, aurait utilisé pendant des années des filiales financières au Luxembourg pour verser des "

Newsletter





Commentaires

-