A Orléans, un concours à la sauce Top Chef pour des demandeurs d'emplois

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

A Orléans, un concours à la sauce Top Chef pour des demandeurs d'emplois

Publié le 05/12/2017 à 10:45 - Mise à jour à 12:20
© NICOLAS TUCAT / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): Par AFP

-A +A

Albert a fini de dresser son assiette, il peut souffler. Au Centre de formation d'apprentis (CFA) d'Orléans, comme dix autres demandeurs d'emplois fous de cuisine, il s'est démené pour un concours à la sauce Top Chef, imaginé par Pôle emploi et qui peut lui ouvrir les portes d'un stage.

Devant un jury de professionnels, ces cuisiniers du dimanche testent leur compétence mais aussi leur envie de travailler dans un secteur "exigeant", qui peine à recruter partout en France.

En 2017, les intentions d'embauche dans le secteur hôtellerie-restauration se montaient à plus de 6.000 dans le département du Loiret. Et difficile de trouver des candidats, en cuisine comme en salle.

L'idée a alors germé dans la tête de Claire et Laurent, deux conseillers Pôle Emploi: "pourquoi ne pas faire un concours comme on en voit à la télé?" et susciter des vocations pour des demandeurs d'emplois qui n'ont ni diplôme, ni expérience du secteur mais sont fous de cuisine.

L'expérience baptisée "Les Toqués de l'emploi" a déjà été tentée à Bayeux et Narbonne.

Lettre de candidature, tests, formation en hygiène et, deux mois plus tard, 11 candidats se retrouvent sur le gril un lundi matin pour l'épreuve finale. A la clé, un stage dans une cuisine de la région.

Au menu: croustillant de saumon, julienne de légumes, beurre blanc pour l'entrée et suprême de volaille, duxelles de champignons, pommes darphin et purée de potiron pour le plat agrémenté de moutarde d'Orléans.

Les recettes ont été dévoilées avant le week-end, avec des tutoriels. Au petit matin, les candidats ont trouvé les ingrédients et doivent "envoyer" leur plat à l'heure.

- 'Se faire une idée du métier' -

La "salle de dégustation" du CFA n'a jamais aussi bien porté son nom. "Je mange du saumon depuis 10h30 mais je peux continuer!", plaisante Frédérique Laubray, directrice de l'agence Pôle emploi Orléans nord, de nouveau invitée à goûter un croustillant.

Penchés sur les assiettes, les chefs de la région livrent leurs avis, sous l'oeil attentif d'un professeur du CFA, Florent Doittee.

Celui-ci compile les notes, pour la présentation, la température, la cuisson, le goût et l'assaisonnement. "Il y a du moelleux ? Du croustillant ?", interroge-t-il, façon émission de télé-réalité.

"La cuisson, je mettrais 5, car là c'est un peu cru la patate", s'emballe dans le jury le député Modem du Loiret Richard Ramos.

Devant un autre suprême de volaille, Gilbert Guttin, restaurateur à Pithiviers, a la dent dure et s'emporte face à deux de ses collègues: "moi, je ne sers pas ça dans un restaurant!".

"Je suis un peu psychorigide car il y en a qu'on va embaucher et d'autres qui ont du chemin à faire", explique-t-il ensuite.

Au député qui exhorte les professionnels à ne pas décourager les jeunes, Valérie Beaudoin, restauratrice, rétorque: "mais c'est un métier d’exigence, faut arrêter de fanfrelucher!"

"On ne peut pas se faire une idée du métier tant qu'on y a pas mis les pieds", explique-t-elle. D'ailleurs, personne ne cache que les ruptures de contrat y sont fréquentes et le turn-over important.

Cela ne fait pas peur à Albert.

Sommelier de profession, il a remporté le concours et comme les trois premiers, un stage d'une semaine dans la cuisine d'un restaurant de la région.

A 50 ans, il va pouvoir peaufiner son projet d'entreprise, épicerie, table d'hôte où il se voit "en cuisine".

Un des membres du jury, Sami Copti, a, lui, repéré un futur apprenti. Il n'en a plus depuis quelques semaines et ne parvenait pas à trouver. Car l'idée est aussi de favoriser les prises de contacts dans le secteur, y compris pour ceux qui n'ont pas figuré aux premières places.

Auteur(s): Par AFP


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Au Centre de formation d'apprentis (CFA) d'Orléans, des demandeurs d'emplois fous de cuisine participent à un concours à la sauce Top Chef imaginé par Pôle emploi et qui peut leur

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités France




Commentaires

-