Retraites: Belloubet appelle les avocats grévistes à "continuer de dialoguer"

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Retraites: Belloubet appelle les avocats grévistes à "continuer de dialoguer"

Publié le 07/01/2020 à 09:27 - Mise à jour à 18:08
© Christophe SIMON / AFP
PARTAGER :

Auteur(s): Par AFP - Paris

-A +A

La ministre de la Justice Nicole Belloubet a appelé mardi les avocats à "continuer de dialoguer", alors que ces derniers ont durci la grève lundi contre la réforme des retraites avec de nouvelles actions de blocages dans les tribunaux.

"Je souhaiterais, plutôt que de bloquer le fonctionnement des juridictions, qu'ils (les avocats) puissent venir à notre rencontre pour continuer de dialoguer", a déclaré la garde des Sceaux sur RMC-BFMTV.

Les avocats "ont une capacité de blocage de tout notre système" judiciaire et "c'est dommage car il y a des justiciables qui sont ici en cause et ils méritent d'être défendus", a souligné la ministre.

"Nous sommes une profession libérale, nous n'avons pas l'habitude de faire grève. La mobilisation est extrêmement forte car les avocats ont été acculés à cette situation", a rétorqué Christiane Féral-Schuhl, présidente du Conseil national des barreaux (CNB).

"Je ne suis pas fermée à la discussion, mais on m'a indiqué jusqu'à hier soir qu'il n'y avait de négociation possible que si on acceptait le régime universel et pour nous, c'est non", a-t-elle déclaré à l'AFP.

"Le blocage, il est là. Et c'est la posture du gouvernement qui en est responsable", a estimé Mme Féral-Schuhl.

Dans une lettre adressée lundi à la présidente du CNB, et dont l'AFP a obtenu copie, Nicole Belloubet rappelle les "nombreux échanges" entre ses services et les représentants des avocats, déplorant qu'un "profond malentendu subsiste" sur le projet de réforme.

La garde des Sceaux réitère des propositions destinées à compenser les hausses de cotisations et se dit "certaine que des voies de passage existent pour garantir que l'intégration des avocats dans le système universel s'effectue dans les meilleures conditions possibles".

"Nos équipes et nous-mêmes restons à votre écoute pour reprendre quand vous le souhaiterez le fil des discussions", assure Mme Belloubet.

Selon Christiane Féral-Schuhl, une rencontre pourrait avoir lieu "la semaine prochaine". "Mais je me demande de quoi nous allons parler", alors que le projet de loi "est déjà au Conseil d'Etat", a-t-elle commenté.

Lundi, les avocats ont "massivement" répondu à l'appel à durcir la grève contre la réforme des retraites selon le CNB, à l'initiative de la mobilisation.

"Au moins 80%" des 164 barreaux de France ont voté, et souvent "à l'unanimité", pour la grève, a indiqué Christiane Féral-Schuhl.

"Il n'y a jamais eu une telle mobilisation. Ça désorganise les juridictions", a-t-elle affirmé.

Dans beaucoup de juridictions, cette grève doit durer une semaine et pourrait être reconduite.

Parmi les actions de blocages, des renvois d'audiences et la suspension des désignations d'avocats en matière d'aide juridictionnelle, pour les gardes à vue, les étrangers, les mineurs.

Les avocats grévistes, qui se disent "méprisés" par le gouvernement, sont vent debout contre le projet de réforme des retraites, craignant la remise en cause de leur régime autonome.

Ce régime s'appuie sur une "caisse qui s'autofinance" et chaque année, 100 millions d'euros sont reversés aux régimes déficitaires, rappelle le CNB. La profession redoute avec le projet de réforme "un doublement des cotisations à 28% et la baisse des pensions".

Le Conseil national des barreaux a par ailleurs appelé à rejoindre les manifestations de samedi contre le projet de réforme des retraites.

Auteur(s): Par AFP - Paris


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Des avocats du barreau de Marseille protestent contre la réforme de leur régime de retraite, le 6 janvier 2020

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités France




Commentaires

-