"Revenge porn": 2 ans de prison avec sursis pour l'ancien patron

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

"Revenge porn": 2 ans de prison avec sursis pour l'ancien patron

Publié le 08/03/2021 à 18:34 - Mise à jour à 18:36
© Franck Fife / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Par Caroline TAIX - Paris (AFP)
-A +A

Quand Magalie a annoncé à son ancien patron la fin de leur relation, il a envoyé des photos d'elle nue à ses collègues, ses proches, l'école de ses enfants. L'homme a été condamné lundi à Paris à deux ans de prison avec sursis, pour cette affaire de "revenge porn".

"Je suis détruite de l'intérieur", raconte à l'AFP Magalie (le prénom a été changé), devant la salle d'audience. "Et lui, il a rebondi sans aucune difficulté", poursuit cette femme d'une quarantaine d'années à l'air fatigué. Son ancien patron, âgé de 47 ans, est depuis quelques mois directeur général d'un grand groupe d'ingénierie.

L'homme n'est pas venu au délibéré. Peut-être redoutait-il une lourde peine, car le parquet avait requis contre lui trente mois de prison avec sursis, lors du procès en janvier.

Magalie, elle, était bien au tribunal lundi avec son mari qui la soutient depuis le début de l'affaire.

En juin 2019, cette directrice des ressources humaines d'une entreprise de conseil en ingénierie vient d'accepter un poste dans un autre groupe, quand un appel anonyme et trois emails annoncent sa relation adultère avec son patron, de 2017 à 2019, à son mari - qu'elle avait déjà mis au courant - et à son entourage.

Puis entre septembre et novembre, près de 2.000 personnes ont reçu des mails, assure l'avocat de la plaignante, Vincent de La Morandière.

Il y avait des photos d'elle dénudée. Certains messages racontant l'adultère étaient soi-disant écrits par les deux filles de 8 et 10 ans de Magalie et de son mari. D'autres mails accusaient le mari de Magalie d'avoir un comportement violent avec les enfants.

Les emails ont été envoyés aux anciens et aux nouveaux collègues de la DRH, mais aussi aux parents d'élèves de l'école des enfants, au catéchisme, etc.

- "Décharge électrique" -

"Il a voulu me détruire personnellement et professionnellement", dit à l'AFP la victime après le délibéré. "Ça a été insupportable pour cet homme tout puissant d'avoir une femme qui a lui dit +non+. C'est d'ailleurs quand j'ai dit +non, c'est fini+ que tout a commencé".

"Chaque nouvel email faisait l'effet d'une décharge électrique. C'était de la torture", décrit-elle.

Pendant six semaines, jusqu'à trois emails étaient envoyés chaque jour, assure Magalie.

Lors du procès, l'homme avait invoqué une crise de folie dépressive suite à la rupture. "C'était plus fort que moi", avait-il déclaré. "Ce qui m'aidait à tenir, c'est qu'elle partage ma douleur".

L'ancien patron a été jugé pour avoir volé son téléphone, pour usurpation d'identité, violation de correspondance, etc.

Magalie voulait, elle, être reconnue comme victime de harcèlement. "En tant que DRH, je connais très bien la définition juridique du harcèlement. Toutes les caractéristiques sont là, c'est évident".

Le tribunal a cependant rejeté cette requalification. "Voilà ce qui se passe pour la journée des droits des femmes", a-t-elle critiqué.

Elle réfléchit avec son avocat à entamer une nouvelle procédure. Avant cela, une audience sur les dommages et intérêts va se tenir en mai.

Ce "combat", Magalie a voulu le mener pour que "d'autres femmes ne soient pas victimes de cette violence abjecte" et aussi "pour retrouver (sa) dignité en tant que victime, relever la tête".

"Des femmes seraient allées jusqu’au suicide face à cette violence", a ajouté son mari. Magalie dit "tenir le coup" grâce au soutien de ce dernier et celui de son employeur actuel.

Auteur(s): Par Caroline TAIX - Paris (AFP)

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




"Revenge porn": 2 ans de prison avec sursis pour l'ancien patron

Newsletter


Fil d'actualités France




Commentaires

-