Soldats tombés au Mali: Parly salue leur combat "jusqu'au dernier souffle"

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Soldats tombés au Mali: Parly salue leur combat "jusqu'au dernier souffle"

Publié le 05/01/2021 à 17:02 - Mise à jour à 18:12
© JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Par AFP - Thierville-sur-Meuse
-A +A

"Vous êtes tombés pour la France en combattant pour elle jusqu'à votre dernier souffle": la ministre de la Défense Florence Parly a rendu un "hommage national" mardi à Thierville-sur-Meuse, près de Verdun (Meuse), aux trois soldats du 1er régiment de chasseurs décédés le 28 décembre au Mali.

Au coeur de ce régiment, devant leurs cercueils revêtus du drapeau tricolore, dans un froid glacial et sous un ciel de plomb, la ministre a salué, la voix parfois brisée par l'émotion, leur "désir magnifique" de servir la France.

Arrivés sur le théâtre de l'opération Barkhane en novembre, ils avaient pour mission de "protéger leurs frères d'armes" dans une "région gangrénée par les attaques des groupes terroristes qui prêtent allégeance à Daech ou à Al-Qaïda", a-t-elle souligné.

"Vous avez été emportés par un ennemi aveugle" et lui avez opposé "le regard calme et profond de la liberté", a poursuivi la ministre.

Le brigadier-chef Tanerii Mauri et les chasseurs de première classe Quentin Pauchet et Dorian Issakhanian effectuaient une mission d'escorte dans une zone frontalière du Niger et du Burkina Faso quand ils ont été tués dans un attentat revendiqué par le Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans (GSIM), organisation jihadiste affiliée à Al-Qaïda.

Le premier "avait seulement 19 ans" lorsqu'il s'était engagé en Polynésie française, démontrant un "esprit guerrier" remarquable, a souligné la ministre.

Quentin Pauchet avait pour sa part "la passion de la mécanique" qu'il a réalisée en devenant pilote de char Leclerc, faisant preuve, avec "humilité", d'un "courage infini". Quant à Dorian Issakhanian, il était "combatif, serein en toutes circonstances", a-t-elle loué.

"Quand ses enfants s'engagent pour elle, (la France) exulte, quand ses enfants se battent pour elle, elle s'élève, et quand ses enfants ont tout donné pour elle, elle pleure", a ajouté Florence Parly, au bord des larmes.

"Aujourd'hui la France pleure, elle pleure dans le froid du mois de janvier, en se souvenant de la chaleur de vos âmes et demain elle fera bloc pour faire face avec vos familles, avec vos frères d'armes", a-t-elle promis.

Puis la ministre a épinglé sur des coussins disposés sur chacun des cercueils les insignes de Chevalier de la Légion d'honneur avant qu'ils ne quittent la Cour Lyautey du régiment où ils avaient fait leur entrée au son glaçant du tambour.

La veille, à Paris, plusieurs centaines d'anonymes mais aussi de pompiers ou d'anciens combattants avaient salué sur le pont Alexandre III le cortège funèbre qui conduisait les dépouilles de ces trois soldats vers l'Hôtel des Invalides voisin.

Samedi, deux autre soldats, le sergent Yvonne Huynh et le brigadier Loïc Risser, du 2e régiment de hussards de Haguenau (Bas-Rhin), ont également été tués par une mine artisanale au Mali, portant à 50 le nombre de militaires français tombés au Sahel depuis 2013 dans les opérations Serval puis Barkhane. Un hommage national leur sera rendu de la même manière à Paris jeudi puis au sein de leur régiment vendredi.

En 2020, la France a engagé 600 soldats supplémentaires au Sahel, portant les effectifs des forces françaises à près de 5.100 hommes. Elle examine actuellement la possibilité de réduire le volume de cet engagement.

Auteur(s): Par AFP - Thierville-sur-Meuse

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




La ministre des Armées Florence Parly (d) et le chef d'Etat major Thierry Burkhard, lors de la cérémonie d'hommages aux trois soldats tués au Mali, à Thierville-sur-Meuse, le 5 jan

Newsletter


Fil d'actualités France




Commentaires

-