Suez dégaine un plan B pour tenter de contrer son rachat par Veolia, qui campe sur ses positions

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Suez dégaine un plan B pour tenter de contrer son rachat par Veolia, qui campe sur ses positions

Publié le 18/01/2021 à 00:22 - Mise à jour à 08:40
© KENZO TRIBOUILLARD, ERIC PIERMONT / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): Par Marie HEUCLIN - Paris (AFP)

-A +A

Après des mois de quête pour trouver comment éviter d'être racheté par Veolia, Suez a annoncé dimanche avoir obtenu une offre des fonds français Ardian et américain GIP, pour parvenir à une "solution amicale" avec son concurrent, qui a immédiatement envoyé une fin de non recevoir.

Le conseil d'administration "a reçu une lettre d'intention d'Ardian et de GIP (Global Infrastructure Partners), visant à permettre une solution amicale et rapide à la situation créée par l'intention d'offre de Veolia", a indiqué le groupe dans un communiqué.

Cette offre vise à garantir la pérennité des deux géants français de l'eau et des déchets en proposant une porte de sortie à Veolia.

La lettre d'intention d'Ardian et GIP reçue par Suez "ouvre la voie à une solution globale avec diverses modalités d'exécution possibles, d'effet équivalent, y compris une offre d'achat des actions Suez par les investisseurs, au prix de 18 euros par action, coupon attaché", a détaillé Suez dans un communiqué.

En clair, les deux investisseurs et Suez proposeraient notamment à Veolia de lui racheter, au même prix, les 29,9% du capital de Suez qu'il a acquis auprès d'Engie début octobre.

"Le conseil d'administration m'avait demandé de travailler sur des solutions alternatives et de chercher d'autres investisseurs. C'est chose faite, avec ce consortium qui est prêt à accompagner Suez", a défendu le directeur général de Suez, Bertrand Camus, lors d'un entretien téléphonique avec des journalistes.

Les modalités "resteront à négocier avec Veolia, si Veolia accepte la main tendue de Suez", a indiqué M. Camus, précisant qu'il avait prévenu Antoine Frérot, le PDG de Veolia, peu avant d'annoncer publiquement cette offre.

Mais Veolia a immédiatement refusé toute idée de se désengager de Suez: "Veolia rappelle ce soir que les 29,9% qu'il possède au capital de Suez ne sont pas et ne seront pas à vendre", a rétorqué le groupe dans un communiqué, défendant son projet de construire un "champion mondial de la transformation écologique".

"Tout projet qui impliquerait directement ou indirectement la cession par Veolia de sa participation au capital de Suez, ou d'autres cessions dénaturant le projet industriel que le groupe porte, est considéré comme hostile par Veolia", a-t-il ajouté.

Si le nom d'Ardian, fonds d'investissement de premier plan en France, circule depuis plusieurs mois comme possible trouble-fête aux desseins de Veolia, l'américain GIP est un nouveau venu dans le dossier. Ce fonds, spécialiste de l'investissement dans les infrastructures, gère plusieurs dizaines de milliards de dollars d'actifs.

Ardian et GIP "offrent une base actionnariale stable pour accompagner le développement de Suez en France et à l’étranger, dans un souci constant du respect de l’intérêt public", ont défendu les deux entreprises dans un communiqué conjoint.

Cette offre "n'est pas une contre-OPA" à celle de Veolia, a aussi assuré à l'AFP Mathias Burghardt, à la tête d'Ardian infrastructures.

- "Main tendue" -

Selon Bertrand Camus, ce plan B "a l'avantage de cocher beaucoup de cases", au-delà du maintien de l'autonomie de Suez.

Il permettra notamment de fournir "l'assurance d'un capital majoritairement français, avec une augmentation significative de l'actionnariat salarié", selon le communiqué.

Cette offre "permet de garder deux leaders français dans les services à l'environnement au moment où les marchés sont extrêmement porteurs (...), d'assurer la préservation de l'emploi, le maintien d'une concurrence indispensable, notamment en France", a encore insisté M. Camus.

Pour répondre aux lois anti-trust, Veolia prévoit en effet de céder Suez Eau France, coeur de son histoire, au fonds Meridiam. Un projet qui inquiète les salariés de Suez et qui est vivement dénoncé par la direction du groupe, qui tente désespérément depuis des semaines de trouver une issue.

- "Enlisement" -

Le dossier s'est d'ailleurs largement déplacé sur le terrain judiciaire, avec plusieurs procédures en cours de la part des deux protagonistes.

La justice a notamment suspendu les effets du rachat par Veolia des 29,9% de Suez. Veolia ne peut exercer les droits de vote associés à sa participation, le temps de respecter les obligations légales d'information-consultation du personnel de Suez.

Le groupe espère bien le déblocage de ses droits d'ici la prochaine assemblée générale de Suez au printemps, pour pouvoir lancer son OPA sur le reste du capital de son concurrent.

En tout état de cause, l'opération prendrait encore des mois, le temps que les autorités de la concurrence examinent le dossier.

Pour le PDG de Veolia, la fusion est toutefois "inéluctable", comme il l'avait assuré début janvier après avoir transmis au conseil d'administration de Suez les détails de son projet de rachat.

"Le constat est quand même qu'il y avait une forme d'enlisement et de blocage (...). Nous pensons qu'il est aussi de notre responsabilité d'essayer d'en sortir par le haut, et cette offre de ce consortium d'investisseurs est ce qui permet de le faire", a défendu dimanche à l'inverse Bertrand Camus.

La réponse d'Antoine Frérot dimanche soir: "Je demeure ouvert à la discussion avec le conseil d'administration de Suez dans le cadre du projet que je leur ai envoyé la semaine dernière".

Auteur(s): Par Marie HEUCLIN - Paris (AFP)


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Suez a obtenu une offre des fonds français Ardian et américain GIP pour éviter d'être racheté par Veolia

Newsletter


Fil d'actualités France




Commentaires

-