Une jihadiste française condamnée à la perpétuité en Irak

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Une jihadiste française condamnée à la perpétuité en Irak

Publié le 17/04/2018 à 15:07 - Mise à jour à 17:30
© Ammar Karim / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Par Ammar Karim - Bagdad (AFP)
-A +A

La jihadiste française Djamila Boutoutaou a été condamnée mardi à la prison à perpétuité pour appartenance au groupe Etat islamique (EI) par la Cour pénale centrale de Bagdad devant laquelle elle a plaidé avoir été dupée par son mari.

Depuis le début de l'année, plus de 280 jihadistes étrangères ont été condamnées à mort où à la prison à vie par les tribunaux de Bagdad, a indiqué à l'AFP une source judiciaire.

"Quand je l'ai épousé, il était chanteur de rap, c'est en arrivant en Turquie que j'ai découvert que mon mari était un jihadiste", a affirmé en arabe cette Française d'origine algérienne de 29 ans à la cour.

Une fois en Turquie, "où nous devions seulement passer une semaine de vacances", "mon mari a été contacté par un homme nommé al-Qourtoubi", a-t-elle raconté.

"Je les ai entendus parler de départ vers la Syrie et l'Irak", a-t-elle dit et aussitôt, ils "m'ont enfermée dans une cave avec mes enfants" Abdallah et Khadija, a-t-elle encore raconté. "Mon mari m'avait dit +je ne veux plus t'entendre+ et il m'a forcé à rester dans cette cave".

Abdallah, dont elle n'a pas donné l'âge, a ensuite "été tué dans un bombardement", au cours de la longue et meurtrière contre-offensive des forces irakiennes pour repousser les jihadistes après leur percée fulgurante de 2014, a-t-elle dit. "Avant sa mort, je pesais 122 kilos, aujourd'hui, à cause de ma tristesse, je n'en pèse plus que 47".

Avant de commencer à l'interroger, le juge a demandé à la jeune femme qui s'est présentée en arabe comme "mère au foyer née en 1989" si elle était assistée d'un avocat.

Brandissant une lettre qu'elle a présentée comme celle "d'un avocat français nommé Martin Pradel transmise par (sa) mère", la jeune femme a indiqué ne pas savoir si son défenseur avait pu faire le déplacement.

A trois reprises, les huissiers de la cour ont appelé l'avocat français par son nom. Faute de réponse, le juge a assigné un avocat commis d'office qui a plaidé pour la clémence, arguant que Djamila Boutoutaou avait été forcée par son mari de rejoindre l'EI.

Dans un communiqué commun, ses avocats Martin Pradel et William Bourdon ont dénoncé les conditions de ce procès. Selon eux, Mme Boutoutaou, les autorités consulaires françaises qu'elle a pu rencontrer dimanche, et eux-mêmes n'étaient pas informés de l'imminence de l'audience.

Ils souhaitent que la France "exige fermement des autorités irakiennes, dans le cadre de la procédure d'appel qui devrait s'imposer, le respect intégral des principes fondamentaux du droit au procès équitable" et qu'elle oeuvre au rapatriement de leur cliente et de son enfant, quand sa condamnation sera définitive.

A l'audience, à la question du juge: "as-tu rejoint l'EI avec ton mari Mohammed Nassereddine et tes deux enfants?", la jeune femme qui a comparu dans un box grillagé vêtue d'une tunique rose et d'un foulard marron, a répondu qu'elle l'avait fait contre son gré.

- "Obligée" de rejoindre l'EI -

"C'est mon mari qui m'a obligée", a-t-elle insisté. "Pendant les dix mois que j'ai passés en Irak, je n'ai pas vu mon mari qui passait son temps hors de la maison."

"Il a été tué près de Mossoul, alors nos voisins nous ont emmenés à Tal Afar, où la femme de mon voisin et moi-même nous sommes rendues aux peshmergas", les combattants kurdes qui tenaient alors de larges pans du nord de la province de Ninive.

Là, elle a été retenue dans le camp Tel Keif, avec d'autres femmes et enfants de jihadistes.

En pleurs, elle a ajouté: "C'est comme si j'avais passé deux ans en prison: dix mois chez l'EI puis plus d'un an en prison".

Régulièrement, des ressortissantes étrangères sont condamnées à la perpétuité ou à la peine capitale en Irak pour avoir rejoint l'EI.

Depuis janvier, 97 femmes ont été condamnées à mort, 185 à la prison à vie, 15 à trois ans de prison et une à un an de prison, selon une source judiciaire. La plupart des condamnées sont Turques, ou originaires des anciennes républiques de l'Union soviétique.

Une Allemande a également été condamnée à la peine capitale.

Dans un verdict tranchant avec la sévérité habituellement observée, une autre Française, Melina Boughedir, 27 ans, avait été condamnée en février à sept mois de prison. Cette clémence s'explique par le fait qu'elle n'était pas jugée au titre de la loi sur le terrorisme mais sur l'accusation de séjour illégal en Irak.

La loi antiterroriste irakienne permet d'inculper des personnes qui ne sont pas impliquées dans des actions violentes mais soupçonnées d'avoir aidé l'EI. Elle prévoit la peine capitale pour appartenance au groupe jihadiste même pour des non-combattants.

Environ 20.000 personnes ont été arrêtées au cours de la contre-offensive irakienne.

Auteur(s): Par Ammar Karim - Bagdad (AFP)

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Photo prise le 17 avril 2018 de deux Russes condamnées à perpétuité par la Cour pénale centrale de Bagdad pour appartenance au groupe Etat islamique

Newsletter


Fil d'actualités France




Commentaires

-