Espagne: des personnes âgées séquestrées dans une "maison de l'horreur"

Espagne: des personnes âgées séquestrées dans une "maison de l'horreur"

Publié le 07/03/2019 à 17:43 - Mise à jour à 17:46
© Handout / Spanish Guardia Civil/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Par Marianne BARRIAUX, Álvaro VILLALOBOS - Madrid (AFP)

Cet article provient directement de l'AFP (Agence France Presse). Plus de détails sur les différentes typologies d'articles publiés sur FranceSoir, en savoir plus

-A +A

Deux personnes âgées étrangères ont été sauvées dans le sud de l'Espagne après avoir été séquestrées dans une "maison de l'horreur" et spoliées par un couple germano-cubain qui pourrait être impliqué dans la mort dans des circonstances troubles de plusieurs autres.

La Garde civile a annoncé jeudi avoir retrouvé dans cette maison, située dans la station balnéaire de Chiclana de la Frontera, un Allemand et une Néerlandaise dans des "conditions d'hygiène et de santé déplorables". Enfermés dans des chambres séparées, ils étaient drogués et alimentés par sonde naso-gastrique.

Ces deux personnes, dont l'âge - avancé - n'a pas été précisé, ont été conduites dans un centre de soins où leur état de santé s'est "amélioré de manière significative", a précisé la Garde civile de la province de Cadix (sud) dans un communiqué.

Le couple - une Cubaine et un Germano-cubain prénommés Estrella et Markus selon une source proche du dossier - a été placé en détention.

Poursuivis pour maltraitance, ils obtenaient, selon les premiers éléments de l'enquête, la confiance de personnes âgées afin de les dépouiller de leurs biens. Ils auraient ainsi volé au total plus de 1,8 million d'euros en quatre ans.

L'argent aurait été blanchi dans la construction d'un complexe touristique sur la plage d'El Palmar, connue dans la région et appréciée des surfeurs.

Quatre autres personnes ont été arrêtées pour blanchiment dans le cadre de l'enquête et remises en liberté en attendant d'être jugées.

Des commissions rogatoires ont été adressées au Royaume-Uni, à l'Italie, à l'Allemagne et à Cuba, quatre pays où le couple "serait titulaire de comptes et produits financiers" selon la Garde civile.

- Cinq morts suspectes -

L'enquête a débuté après le signalement par la police allemande de la disparition mystérieuse d'une riche centenaire, Maria Babes.

La Garde civile a retrouvé sa trace dans une maison de retraite de Chiclana de la Frontera où elle était arrivée en mauvaise santé.

Maria Babes a alors affirmé qu'elle avait rencontré Estrella et Markus sur l'île de Tenerife, aux Canaries, où elle vivait auparavant.

Les ayant suivi à Chiclana pour qu'ils s'occupent d'elle, elle s'est retrouvée enfermée et les mains ligotées dans une maison pendant plusieurs mois, tandis qu'ils vidaient ses comptes en banque.

"En octobre, elle avait plus de 162.000 euros à la banque. Et moins de 300 mi-décembre, après l'apparition de ce couple dans sa vie. Sa maison à Tenerife a par ailleurs été vendue (par le couple) sans qu'elle reçoive le moindre euro", a indiqué la Garde civile dans son communiqué.

Avant d'être arrêté, le couple est allé chercher Maria Babes dans la maison de retraite où la police l'avait retrouvée. Cinq heures plus tard, elle était morte alors que "le matin de sa mort, elle apparaissait dans une vidéo en parfaite santé", a assuré la Garde civile.

La victime venait d'avoir 102 ans et sa mort a été enregistrée comme naturelle. Markus et Estrella ont insisté pour que son corps soit incinéré, empêchant toute autopsie.

Parvenant ensuite à les arrêter, la Garde civile a découvert lors des perquisitions de la maison du couple l'existence d'une autre maison, louée à proximité, où se trouvaient l'Allemand et la Néerlandaise qui ont pu être sauvés.

Au fil de son enquête, la Garde civile a identifié quatre autres personnes prises en charge par le couple et "mortes de manière surprenante après qu'il leur eut pris tous leurs fonds".

Auteur(s): Par Marianne BARRIAUX, Álvaro VILLALOBOS - Madrid (AFP)

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Maria Babes, une femme de 101 ans séquestrée dans une maison, photographiée dans une maison de retraite à Cadix, sur une photo diffusée le 7 mars 2019 par la garde civile espagnole

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-