Covid-19 : Comment expliquer le "miracle" africain ?

Covid-19 : Comment expliquer le "miracle" africain ?

Publié le 09/12/2020 à 10:52 - Mise à jour à 10:53
Phil Magakoe/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Frédéric Chapuis

Cet espace d’opinion permet la libre expression des idées et d’engendrer le débat. Les articles et vidéos publiés dans cette rubrique peuvent parfois ne pas faire consensus, en savoir plus

-A +A

C’est un fait avéré, l’Afrique, et en particulier l’Afrique francophone, n’a pas été submergée par la Covid-19, contrairement à ce que certains avaient prédit. Prenant en considération la mauvaise infrastructure sanitaire de ces pays, l’OMS avait prédit un tsunami. Or, force est de constater que ce désastre n’a pas eu lieu. Comment expliquer ce que certains nomment le "miracle africain" ?

La situation en quelques chiffres

Alors que la Commission économique des Nations unies pour l'Afrique (CEA) annonçait dès la mi-avril 300 000 morts en Afrique malgré des mesures drastiques de précautions, nous constatons aujourd’hui que la situation n’a rien à voir avec nos pays occidentaux. Voici le nombre de décès en Afrique francophone, chiffres actualisés au 19 novembre : Benin : 43, Gabon : 59, Sénégal : 329, Togo : 63, Cameroun : 435. Le nombre de morts dans toute l’Afrique s’élève à 1158, et 23505 cas confirmés (chiffres du 25 novembre), les pays les plus touchés étant les pays d’Afrique du nord et l’Afrique du sud. Même si les statistiques ne sont pas parfaites (manque de tests et manque de données) et que le bilan est sous-estimé, on ne rencontre pas dans ces pays des hôpitaux surchargés de malades du Covid-19.

Tentons d'expliquer ces chiffres :

Une population jeune

60 % de la population africaine a moins de 25 ans, donc un système immunitaire plus résistant. Dans nos pays occidentaux, 75 % des personnes décédées ont plus de 75 ans. En effet les populations à risque sont les personnes âgées, les personnes souffrant de diabète et d’obésité. En Italie, 23 % de la population est âgée. 5 % seulement en Afrique. Même constat concernant le diabète et l’obésité. Même si ces deux fléaux sont en augmentation, ils sont bien loin d’atteindre les niveaux de l’Europe.

Une population qui a bénéficié de la lutte contre des maladies très graves

Par contre, il faut signaler que cette population jeune est très touchée par d’autres maladies : VIH, tuberculose et malaria. Il est possible que cette population, ayant bénéficié de traitements intensifs contre ces maladies : campagne de vaccination du BCG et chloroquine contre la malaria, ait été immunisée contre le Covid-19. Nous connaissons les débats qui ont eu lieu en France au sujet de la chloroquine, prescrite par le professeur Raoult. Spécialiste de l’infectiologie dans ces pays, ses recommandations ont été suivies de très près par les pays africains.

Des pays à faible densité de population

A part certaines grandes métropoles comme Abidjan où des mesures strictes de confinement ont été prises très tôt, la densité de population en Afrique francophone reste très faible : 43 habitants au km², contre 180 en Europe de l’ouest. Dans le reste des territoires, cette très faible densité de population, les déplacements de population limités à l’intérieur du pays en raison des infrastructures de transport déficientes, et la faible densité touristique, ont permis une expansion très modérée du virus.

Faible résistance du virus due aux fortes chaleurs de l’Afrique ?

Une autre hypothèse est celle de la faible résistance du virus en milieu chaud. La température optimale pour la propagation du virus serait aux alentours de 8 degrés. Or, en Afrique il fait rarement moins de 15 degrés. Rien n’est démontré au niveau de la température, mais la population vivant beaucoup à l’extérieur, il est sûrement plus facile de contenir sa propagation.

Mesures préventives prises par les gouvernements

Fermeture des frontières, mesures de confinement et de distanciation sociale strictes, couvre-feu, limitation des rassemblements, notamment religieux : les mesures prises par les gouvernements ont été rapides et drastiques. En outre, ces pays ont une grande habitude de gérer des épidémies autrement plus meurtrières que celle-ci, notamment avec le virus Ebola. Ils ont appris et en ont tiré les leçons : hygiène lors des soins, détection et isolement des malades.
 

Toutes ces hypothèses qui tendent à se confirmer continuent d’être activement étudiées par les chercheurs. Cependant, même si l’Afrique a été jusqu’ici plutôt épargnée, il ne faudrait pas relâcher les efforts très louables des gouvernements pour limiter la propagation. Ce virus n’est pas encore bien connu et peut réserver bien des surprises dans les mois à venir.

 

Frédéric Chapuis est entrepreneur récidiviste en Afrique dans le domaine de la sécurité et de l'automobile.
Il partage son expérience et son réseau avec les entrepreneurs européens désirant s'implanter ou se développer sur le continent africain.

 

Auteur(s): Frédéric Chapuis

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




L'Afrique n'échappe pas au masque...

Newsletter


Fil d'actualités Opinions




Commentaires

-

Je m'abonne à la Newsletter FranceSoir