Claude Bartolone: "quand on a le nombre de chômeurs que nous avons, tout doit être essayé"

Auteur(s)
AZ
Publié le 29 janvier 2015 - 10:49
Mis à jour le 30 janvier 2015 - 10:34
Image
Claude Bartolone sur BFTMTV/RMC jeudi 29.
Crédits
©Capture d'écran BFMTV
Claude Bartolone était au micro de Jean-Jacques Bourdin ce jeudi matin.
©Capture d'écran BFMTV
Claude Bartolone était l'invité de BFMTV et RMC Info ce jeudi matin. Le président PS de l'Assemblée nationale est revenu notamment sur son absence remarquée lors de la remise des prix du Trombinoscope et sur la loi Macron, actuellement examinée à l'Assemblée nationale.

Un enfant de 8 ans entendu par la police pour "apologie du terrorisme"

"J'ai compris qu'il y avait la volonté de mettre l'enfant sous la protection des différents services. Le père a eu un comportement violent avec les responsables".

"Je ne veux pas du tout que l'on ait d'un seul coup un comportement qui ne sera pas celui qui est prévu dans les textes et qui assure la liberté".

"Il faut faire attention quand un gamin de 8 ans vous tient ce genre de propos. Qu'il puisse y avoir une responsabilisation de la famille me semble extrêmement important".

 

Absence à la remise du prix de "l'élu local de l'année" à Steeve Briois, maire Front national d'Hénin-Beaumont

"Le matin même, j'accompagnais le président de la République au mémorial de la Shoah. J'étais devant les survivants d'Auschwitz et je me voyais mal partager une coupe de champagne et des petits fours avec le membre d'un parti dont le président d'honneur avait évoqué les chambres à gaz comme +un point de détail de l'Histoire+".

"Il y a des gens avec qui je n'ai aucune envie de partager le verre de l'amitié. C'est une question de comportement. Je ne traite pas de la même manière un parti républicain et un parti qui a prononcé une phrase pareille".

"On voit bien que ce n'est pas un parti comme un autre. Il existe, il a des électeurs. Ce n'est pas une atteinte à la démocratie. Il y a des choses que je ne sais pas faire".

 

Loi Macron devant seulement quelques députés

"Généralement, quand le travail a été bien fait en commission, le texte arrive dans l'hémicycle avec les députés spécialistes du texte. Il n'y a pas tous ceux qui ne s'y sont pas intéressés. Du coup, c'est un bon signal".

"Tout ce qui est dans cette loi, qui doit être bon pour l'emploi et pour l'activité économique, doit être soutenu. Je ne crois pas que ce soit simplement une loi qui va tout bouleverser. Je crois que la loi Macron vient renforcer la volonté de donner plus de force au dialogue social".

Sur le travail du dimanche: "je suis persuadé que même ce point-là sera voté parce que nous avons évolué. Au moment du vote, il y a aura la sagesse de la part du groupe socialiste de donner une chance à cette loi".

"Je trouve qu'on arrive à un bon compromis. Quand on a le nombre de chômeurs que nous avons, tout doit être essayé".  

 

Le lobbying des notaires contre la loi Macron

"C'est surprenant. Lorsque je vois les menaces qui sont mises sur les pages Facebook, sur les comptes Twitter d'un certain nombre de députés, je trouve ça insupportable".

"Dans le cadre de la modernisation du travail de l'Assemblée nationale, je veux qu'on ait la position des différents lobbies pour savoir qui parle au nom de qui".

 

Acquisition de la permanence parlementaire: pratique abusive

"Les moyens qui sont ceux des députés français sont dans la moyenne des députés européens. Un député ne pourra pas augmenter son patrimoine avec l'IRFM. Ce n'est pas un détournement".

"C'est encore une fois une faiblesse de notre pays, qui n'a jamais voulu aborder de front les moyens qui doivent être ceux du Parlement. De ce fait, on est tout le temps dans cette zone grise".

"Sur justificatif, il faudrait embaucher une centaine de personnes si on veut contrôler. Mes députés de droite et gauche sont honnêtes. Il faut un certain nombre de dépenses pour faire fonctionner la démocratie".

 

Diminution du nombre des députés

"Je veux 400 députés. Ils seront beaucoup plus efficaces".

"Je suis pour la fin du bicamérisme".

 

Fusion entre les deux chaînes de télévisions parlementaire LCP et Public Sénat

"C'est indispensable. Il faut en finir avec les redondances. A 35 millions de budget, on peut faire 5 à 7 millions d'économies. Aujourd'hui, on peut parler d'eux dans de meilleures conditions que ce qui est fait quelquefois".

 

Politique de peuplement en Seine-Saint-Denis pour lutter contre la ségrégation

"La meilleure manière d'arriver à un bon peuplement, c'est d'offrir aux habitants des quartiers des conditions de vies normales. On va dans un quartier en difficulté quand on n'a pas la possibilité de faire autrement".

"Il faut la légalité partout, les services publics partout et la République partout".

 

Situation de l'Europe

"Il faut que l'Europe redonne une espérance européenne".

"Quand nos pères fondateurs nous ont offert ce continent de paix, ils nous l'ont donné pour des raisons philosophiques, et pas macro-économiques".

 

 

 

Dessin de la semaine

Soutenez l'indépendance deLogo FranceSoir

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de FranceSoir est confirmée.

La newsletter FranceSoir

En vous inscrivant, vous autorisez FranceSoir à vous contacter par e-mail.