Déficit public: la Cour des comptes doute des objectifs du gouvernement

Déficit public: la Cour des comptes doute des objectifs du gouvernement

Publié le 29/06/2016 à 11:50 - Mise à jour à 11:53
©Wikimedia Commons
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

La Cour des comptes se montre sceptique sur une réduction du déficit budgétaire de la France à 2,7%, prévue pour 2017. Dans un rapport publié mercredi, elle souligne les dépenses engagées ou promises à la veille de cette année électorale, notamment sur la masse salariale des fonctionnaires.

Les dépenses nouvelles engagées par le gouvernement depuis le début de l'année risquent de l'empêcher d'atteindre son objectif de déficit budgétaire en 2017, fixé à 2,7% du Produit intérieur brut, a prévenu ce mercredi 29 la Cour des comptes.

"L'objectif de réduction, à 2,7%, du déficit en 2017 a, sur la base des décisions connues aujourd'hui, un risque élevé de ne pas être atteint", souligne la Cour des comptes dans son rapport sur la situation et les perspectives des Finances publiques.

La Cour des comptes, qui juge ce risque "significatif", estime que le "programme de stabilité" présenté en avril par le gouvernement ne présente pas "les réformes nécessaires pour atteindre l'objectif de déficit public et de maîtrise des dépenses pour 2017", les politiques mises en œuvre ces dernières années n'étant "guère porteuses d'économies à moyen terme".

"Au contraire, la hausse programmée des dépenses militaires, les mesures annoncées en début d'année concernant l'emploi, celles en faveur des jeunes, l'atténuation des efforts demandés aux communes et intercommunalités et, surtout, la progression de la masse salariale de la fonction publique vont pousser les dépenses à la hausse", prévient la Cour des comptes.

Selon le rapport, la masse salariale pourrait progresser en 2017 à "un rythme supérieur à celui enregistré sur l'ensemble de la période 2009-2015" et pourrait ainsi pousser les dépenses à hauteur de 0,3 point de PIB l'année prochaine.

L'exécutif a annoncé une série de mesures nouvelles depuis le début de l'année, comme le dégel du point de l'indice des fonctionnaires, mais aussi des aides en faveur des jeunes, des agriculteurs ou de l'emploi.

Le commissaire européen Pierre Moscovici a récemment rappelé au gouvernement français qu'il "n'y avait pas d'alternative" à passer sous la barre des 3% de déficit en 2017, face au risque de dérapage en cette année électorale, sans pour autant mentionner l'objectif de 2,7% promis à Bruxelles.

Pour la Cour des comptes, certaines dépenses supplémentaires adoptées cette année, surtout celles concernant la masse salariale, "pèseront essentiellement sur 2017 et continueront de monter en charge les années ultérieures".

Elle s'attend toutefois à ce que l'Etat parvienne à atteindre cette année son objectif de 3,3% de déficit contre 3,6% en 2015, une réduction qu'elle juge "modeste" et qui "ne permettra toujours pas de faire diminuer le poids de la dette dans le PIB".

Le gouvernement n'a cependant plus de marge de manœuvre cette année: le respect de l'objectif "ne laisse aucune place à des décisions nouvelles conduisant à des hausses de dépenses", souligne le rapport.

Pour l'an dernier, la Cour des comptes constate que le déficit public s'est réduit de 0,4%, mais souligne qu'il reste "élevé" et que "la situation des finances publiques en France est plus dégradée que celle de nombreux pays européens".

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




L'objectif d'un déficit public à 2,7% en 2017 présente "un risque élevé de ne pas être atteint" selon la Cour des comptes.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-