Florence Parly assure que la France ne vend pas à l'Arabie saoudite d'armes utilisées contre des civils au Yémen

Florence Parly assure que la France ne vend pas à l'Arabie saoudite d'armes utilisées contre des civils au Yémen

Publié le 30/10/2018 à 10:14 - Mise à jour à 10:31
© THOMAS SAMSON / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): DD.
-A +A

La ministre des Armées Florence Parly était invitée ce mardi matin au micro de Jean-Jacques Bourdin. Elle a assuré que les armes françaises vendues en Arabie saoudite –deuxième client de la France– ne sont pas utilisées dans la guerre au Yémen meurtrière pour les populations civiles. Elle a cependant été mise en difficulté sur certaines questions.

Ce mardi 30, la ministre des Armées Florence Parly était invitée au micro de Jean-Jacques Bourdin, à l'antenne de BFMTV et de RMC. Elle était interpellée notamment sur la position de la France en marge de l'affaire Khashoggi, ce journaliste saoudien assassiné dans des circonstances troubles au consulat d'Arabie saoudite à Istanbul par des agents du royaume.

La ministre devait répondre notamment à la polémique sur les ventes d'armes à l'Arabie saoudite. Alors que l'Allemagne, par la voix de sa chancelière Angela Merkel, a annoncé la fin de la livraison d'armes au pays, les volumes étant certes bien inférieurs à ce que vend la France à Riyad.

Au micro, la ministre tente de minimiser la situation: "La France est un fournisseur modeste de l'Arabie saoudite". Une déclaration (volontairement?) ambigüe, le royaume est en effet, selon le Rapport au parlement sur les exportations d'armement (voir ici), le deuxième client de la France (derrière l'Inde) sur la période 2008-2017 avec 11,1 milliards d'euros de commandes. Si la France est peut-être un "fournisseur modeste" en comparaison des Etats-Unis et ses 110 milliards de dollars (96 milliards d'euros) de contrats annoncés, l'Arabie saoudite reste un client incontournable pour la France et son industrie de l'armement qui emploie 200.000 personnes.

Interrogée également sur l'utilisation d'armes françaises dans le conflit contre la rébellion des houthis du Yémen (au moins 10.000 morts depuis le début du conflit), la ministre a tenu à assurer que "les armes vendues récemment à l'Arabie saoudite ne sont pas utilisées contre les populations civiles". Si une certaine opacité sur le contenu des commandes règnent, une étude (voir ici) d'Amnesty International et de l'Action des chrétiens pour l'abolition de la torture (Acat) présentée en mars dernier dévoile certains armements vendus au royaume: des blindés, des canons Caesar, des ravitailleurs en vol, des fusils de sniper, des appareils d’identification et de désignation de cibles pour les avions de chasse, des intercepteurs maritimes ou des chars Leclerc (avec contrat de maintenance pour la France). Soit des équipements "offensifs".

Lire aussi: Au Yémen en guerre, la famine frappe et tue des enfants

Jean-Jacques Bourdin, face aux contradictions de Florence Parly qui assure que la France n'a "pas de négociations avec l'Arabie saoudite", décide de pousser la ministre dans ses retranchements, lui rappelant qu'Emmanuel Macron va se rendre dans le royaume saoudien avant la fin de l'année. Est-ce pour y signer de nouveau contrat? "Je ne sais pas" réagit timidement la ministre. Une réponse embarrassante sachant que la vente d'armement à un pays étranger est soumise depuis une ordonnance du 20 décembre 2004 à l'autorisation obligatoire de Balard, le ministère des Armées.

Vendredi 26, le président Emmanuel Macron avait pris la parole sur ce même sujet polémique lors d'une conférence de presse en marge d'un déplacement à Bratislava. Il s'était emporté contre les critiques faites à la France en déclarant que les ventes d'armes n'avaient "rien à voir avec M. Khashoggi, il ne faut pas tout confondre".

Voir aussi:

Malgré l'affaire Khashoggi, Ryad garde les mains libres au Yémen

Au Yémen, un civil est tué toutes les trois heures, selon Oxfam

Auteur(s): DD.

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Florence Parly assure que les armes françaises vendues à l'Arabie saoudite ne servent pas dans le conflit au Yémen.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-