Gilets jaunes manipulés par l'ultra-droite et l'ultra-gauche? La DGSI répond

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Gilets jaunes manipulés par l'ultra-droite et l'ultra-gauche? La DGSI répond

Publié le 19/02/2019 à 10:47 - Mise à jour à 10:57
© FREDERICK FLORIN / AFP
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

-A +A

Lundi 18, Nicolas Lerner, le nouveau patron de la DGSI, répond dans le "Parisien" aux inquiétudes sur la radicalisation du mouvement des gilets jaunes qui serait orchestrée par des groupes d'ultra-droite et d'ultra-gauche. S'il confirme clairement la tendance, il conteste que ces individus radicaux ont pris le contrôle 

Il a pris son poste depuis quatre mois et s'est confié dans la presse notamment sur les courants radicaux qui traversent le mouvement des gilets jaunes. Dans les pages du Parisien, Nicolas Lerner le nouveau patron de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) revient sur le mouvement qui secoue la France depuis trois mois.

Et le chef du renseignement intérieur confirme ce que les médias ont déjà largement relayé: des membres de l'ultra-droite et de l'utra-gauche sont bien présents dans les manifestations. Et ils poussent à la radicalisation violente des cortèges qui ne se dément que rarement semaine après semaine: "Outre leurs propres agissements, ces individus (…) ont par ailleurs contribué à la radicalisation de certains profils qui ne sont pas connus pour leur appartenance à une mouvance ultra. À Toulouse, Bordeaux, Nantes ou Caen par exemple, ils ont généré une forme de violence totalement décomplexée et débridée chez des individus qui n’étaient connus ni pour leur appartenance à l’ultragauche, ni à l’ultradroite".

Lire aussi - "Gilets jaunes": l'ultragauche "à la manoeuvre" à Paris, selon Nuñez 

Le patron du renseignement tient malgré tout à tempérer la situation: des dérapages oui, un retournement du mouvement non. "À aucun moment les groupes ultras n’ont réussi à prendre le leadership sur ce mouvement même s’ils voient en lui une opportunité de s’en prendre aux symboles de la République, qui sont leurs cibles habituelles" affirme-t-il.

Côté effectifs de ces radicaux enfin, il estime que la mouvance d'ultra-droite représente environ 1.000 personnes aux profils disparates, entre néo-nazis, identitaires ou même survivaliste. Du côté de l'ultra-gauche, Nicolas Lerner confirme que ses services suivent "près de 2.000 profils" susceptibles de "faire dégénérer des manifestations" ou "conduire des actions de nature plus clandestines".

Voir aussi:

Acte 12 des gilets jaunes: affrontements entre antifas et ultra droite à Paris (vidéos)

Les ultras de droite et de gauche, "gilets jaunes" de circonstance

Auteur(s): La rédaction de France-Soir


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Le patron de la DGSI fait le point sur l'influence réelle des mouvements radicaux chez les gilets jaunes.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-