Gouvernement et gilets jaunes: quand Le Drian demande "d'arrêter les bêtises"

  •  Soutenez l'indépendance de FranceSoir, faites un don !  

Gouvernement et gilets jaunes: quand Le Drian demande "d'arrêter les bêtises"

Publié le 16/01/2019 à 15:14 - Mise à jour à 15:22
© Mahmoud KHALED / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

-A +A

Jean-Yves Le Drian aurait déclaré au cours d'un séminaire du gouvernement qu'il fallait "arrêter les bêtises". Selon Europe 1, il critiquait le projet de réforme de la fonction publique qui ajouterait selon lui au mécontentement populaire matérialisé par les gilets jaunes.

"Il faut peut-être arrêter les bêtises". La sortie rapportée par Europe 1 est signée Jean-Yves Le Drian et témoigne des désaccords qui persistent au sein d'un gouvernement qui peine à sortir de la crise des gilets jaunes.

Le ministre des Affaires étrangères se serait élevé contre son homologue des Comptes publics Gérald Darmanin lors du séminaire gouvernemental qui s'est déroulé après le conseil des ministres du 9 janvier. Ce dernier venait de dérouler sa feuille de route sur la réforme de la fonction publique et de l'Etat, projet qui a déjà fait tiquer les syndicats, notamment face à l'éventuelle remise en cause du statut des fonctionnaires.

Voir: Wargon et Lecornu, deux "juniors" du gouvernement pour le grand débat

"Il faut peut-être arrêter les bêtises. On a déjà une crise sur les bras, on ne va peut-être pas y rajouter les fonctionnaires", aurait tonné Jean-Yves Le Drian. Avant d'ajouter: "Les agents de l'État ne sont pas forcément des technocrates, ils sont aussi des aides-soignants, infirmières, douaniers, policiers, etc. Il ne faudrait pas aggraver la situation". Une prise de position qui aurait été approuvée par une partie des ministres, "plutôt issus de la gauche" selon Europe 1.

L'illustration d'une frustration qui s'était déjà fait sentir au sein de la majorité parlementaire, certains députés ou sénateurs LREM appelant l'exécutif à d'avantage tenir compte de la réalité du terrain ou attendant la concrétisation du fameux "en même temps".

L'accrochage rappelle aussi la complexité à organiser un grand débat sans remettre en cause les grandes lignes du programme d'Emmanuel Macron.

Lire aussi:

Sébastien Nadot exclu du groupe LREM: "cas isolé" ou premier frondeur?

Auteur(s): La rédaction de France-Soir


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


"Il faut peut-être arrêter les bêtises", aurait déclaré Jean-Yves Le Drian à propos des gilets jaunes et de la réforme de la fonction publique.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-