Le vaccin est "un peu un médicament": l’incroyable aveu de Jean-François Delfraissy

Le vaccin est "un peu un médicament": l’incroyable aveu de Jean-François Delfraissy

Publié le 26/01/2022 à 15:53
Ludovic Marin / POOL / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): FranceSoir
-A +A

« Un vaccin-médicament », a-t-on pu entendre dans la bouche de Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique, lors d’une interview sur France Info ce mardi 25 janvier. Un glissement sémantique de taille, qui n'est pas passé inaperçu.

Un aveu difficile : « C'est incompatible.  Je ne devrais pas dire ça et pourtant, c’est la réalité »

Une fois, deux fois, trois fois... Les vaccinations n'en finissent pas. La journaliste pointe du doigt les non-dits des autorités scientifiques, sans trop cacher son agacement : « Vous nous dites que dès le début, on voyait chez les animaux que la durée de vie du vaccin était très limitée. On en est à trois doses, bientôt quatre. Comment voulez-vous convaincre avec ça ? » Voilà une question avec laquelle le président du Conseil scientifique peine à se dépatouiller.

Il tente tout de même sa chance : « Vous avez bien compris que ce vaccin est très particulier  », a commencé le médecin avant de lâcher le mot qui mettra les réseaux sociaux en ébullition : « Ce vaccin est très particulier, c’est un peu une forme de vaccin-médicament, puisqu’en fait, il protège contre les formes sévères et les formes graves, et ça n’a pas été assez dit ».

Plutôt que de réagir sur le sujet des formes graves, qui ne font tout de même pas partie des tabous, comme le laisse entendre M. Delfraissy, le journaliste de France Info s'est arrêté sur le terme de « vaccin-médicament », coupant le médecin dans son développement : « Ça non plus, ça n’a pas été dit. Ça, vous l’entendez dans la rue : ce n’est plus un vaccin, c’est un médicament », lui fait-il remarquer avant de lui demander : « Dans votre bouche, c’est nouveau ? »

Visiblement conscient que le mot n’est pas anodin, le président du Conseil scientifique a néanmoins tenu à l’assumer : «  C'est incompatible. Je ne devrais pas dire ça et pourtant, c’est la réalité », a-t-il maladroitement répondu, laissant les journalistes pantois.

Les réactions pleuvent sur les réseaux

« Cette réponse du président du conseil scientifique est hallucinante, car un médicament est fait pour soigner des gens malades », a martelé le sénateur et radiologue Alain Houpert sur Twitter.

Quant à lui, Alexis Poulin, éditorialiste chez RT France, ironise quant à un nouveau nom qu’il faudrait attribuer au « passe vaccinal » suite à cette déclaration.

De son côté, l’essayiste Idriss Aberkane a mis en exergue les évolutions du discours sur le vaccin au fil de l’année 2021.

Quoi qu'il en soit, tout en apportant son lot de contradictions, cette déclaration remet en perspective la stratégie du « tout vaccin ». Si les grands défenseurs des traitements précoces y trouveront peut-être leur compte, le malade, lui, ne sait plus sur quel pied danser. Tout cela n'est pas sans rappeler la célèbre citation, attribuée à Albert Camus : « Mal nommer un objet, c’est ajouter au malheur de ce monde. »

Auteur(s): FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Jean-François Delfraissy, président du Conseil Scientifique.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-