Les femmes au pouvoir sont plus nombreuses mais des progrès restent à faire

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Les femmes au pouvoir sont plus nombreuses mais des progrès restent à faire

Publié le 09/08/2016 à 10:36 - Mise à jour à 10:37
©Frantzesco Kangaris/AFP
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

-A +A

Jusqu'à présent, les femmes, à l'instar de Theresa May ou Christine Lagarde, n'avait jamais été aussi nombreuses à se placer à la tête d'un gouvernement ou d'une institution. Pourtant, elles restent une minorité et leur nombre progresse très lentement.

Les plus connues s'appellent Hillary Clinton ou Theresa May. Femmes d'influence, expérimentées, ambitieuses, jamais elles n'avaient été aussi nombreuses à briller en politique, même si elles restent une minorité qui devra encore batailler dur dans un univers très masculin. Pour la première fois, une femme, la démocrate Hillary Clinton, pourrait être élue le 8 novembre à la Maison Blanche. Elle est d'ores et déjà, à 68 ans, entrée dans l'histoire en devenant la première femme investie par un grand parti américain.

"C'est historique, tout comme Barack Obama fut historique. Cela ne fait aucun doute", assure Ester Fuchs, professeur de Sciences politiques à l'Université de Columbia, rappelant l'élection en 2008 du premier président noir des Etats-Unis. De l'autre côté de l'Atlantique, les barrières ont commencé à tomber il y a plusieurs décennies déjà. Dès 1979, la conservatrice Margaret Thatcher prenait les rênes du gouvernement britannique. 37 ans plus tard, Theresa May, vient de lui emboîter le pas. Elle aussi est souvent dépeinte comme une "Dame de fer", tout comme Angela Merkel, aux commandes de l'Allemagne depuis 2005.

Certaines ont pénétré l'univers fermé de la finance, comme la Française Christine Lagarde, directrice générale du Fonds Monétaire International (FMI). D'autres incarnent le visage moderne de grandes villes européennes, comme Paris, Rome ou Madrid. Pourtant, elles restent une minorité et leur nombre progresse très lentement. "Les femmes représentent actuellement environ un dixième des dirigeants dans les Etats membres de l'Onu", relevait l'organisation américaine Pew Research Center en juillet 2015, soulignant que même si leur nombre a plus que doublé depuis 2005, une femme au pouvoir est rarement la norme. Début 2015, selon l'agence de l'ONU UN Women, seulement 17,7% des ministres dans le monde étaient des femmes.

La présence de femmes est "plus répandue dans certaines régions que dans d'autres. Les pays nordiques, à l'exception de la Suède qui n'a jamais eu une femme chef de gouvernement, se distinguent", notait le Pew Research. Pourtant, la tendance n'a pas toujours suivi les lignes de partage nord-sud et les exemples sont nombreux "en Asie du Sud et du Sud-Est, ainsi qu'en Amérique Latine". Des femmes issues de puissantes dynasties ont ainsi marqué l'histoire du sous-continent indien, comme Indira Gandhi en Inde ou Benazir Bhutto au Pakistan. L'Afrique en revanche reste à la traîne: il a fallu attendre 2005 pour y voir la première femme élue à la tête d'un Etat, le Liberia. Mais, souligne UN Women, "le Cap Vert, le Rwanda et l'Afrique du Sud continuent à figurer dans la liste des pays comptant plus de 30 pour cent de femmes ministres". Même aux Etats-Unis, remarque Ester Fuchs, les femmes accèdent plus difficilement à des fonctions de haut niveau qu'à des mandats subalternes. "A New York, nous n'avons jamais eu une femme maire et parmi les maires des cent plus grandes villes américaines, 19% sont des femmes".

Dans ce cercle très restreint, Yuriko Koike, 64 ans, est devenue le 31 juillet la première femme gouverneur de Tokyo. Une exception, dans un pays où de nombreux freins subsistent. Elle sera chargée d'une mission prestigieuse mais lourde: mener la capitale japonaise jusqu'aux jeux Olympiques de 2020. Derrière ces parcours, les résistances et les inégalités ont la vie dure. En Italie par exemple, où Rome et Turin sont désormais dirigées par des femmes, Virginia Raggi et Chiara Appendino. Leur élection marque clairement une avancée mais elle n'est pas "un tournant pour l'Italie, qui reste un pays machiste", relève Sofia Ventura, professeur de Sciences politiques à l'Université de Bologne. "Nous sommes dans une phase complexe, avec des pas en avant mais des tics culturels encore très forts".

Pour le chercheur espagnol Juan José Garcia Escribano, de l'université de Murcie, l'arrivée de femmes en politique pourrait aider à imposer un nouveau style. "Je crois, dit-il, que les Espagnols trouveraient de plus en plus normal que le pays soit dirigé par des femmes capables de trouver des solutions aux problèmes, économiques par exemple, que les hommes ont largement créés".

Ce style innovant est surtout incarné par les femmes issues des partis de gauche ou de mouvances réformatrices, remarque Arantxa Elizondo, professeur à l'Université du Pays Basque, citant l'exemple des maires de Madrid, Manuela Carmena, et de Barcelone, Ada Colau. "Elles apportent des débats qui n'avaient pas leur place dans ces lieux, les sujets liés à la vie quotidienne (...) Elles incarnent une vocation de transformation sociale". Parmi les obstacles sur leur chemin, il y a l'image qu'elles continuent de renvoyer à l'opinion publique, souligne Ester Fuchs. "Dans le cas d'Hillary Clinton, c'est très clair. On veut que les hommes soient fermes mais si une femme est ferme, on la considère comme une personnalité difficile et non pas forte".

A quand, alors, une femme présidente des Etats-Unis? "Les choses ont bien changé depuis 60 ans", rappelle l'universitaire. "En 1937, lors du premier sondage Gallup sur le sujet, seulement 33% des Américains se disaient prêts à voter pour une femme (...) Depuis 2012, ils sont 95%. Mais dire +je voterais pour une femme+ ne signifie pas que vous voteriez effectivement pour une femme".

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Selon l'organisation américaine Pew Research Center, la présence de femmes au pouvoir est "plus répandue dans certaines régions que dans d'autres".

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-