Loi travail: guérilla au Sénat contre le très controversé article 2

Loi travail: guérilla au Sénat contre le très controversé article 2

Publié le 16/06/2016 à 17:47
©Charles Platiau/Reuters
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Le projet de loi Travail est examiné au Sénat. Et il déchaîne là aussi les oppositions qui multiplient les amendements pour retarder au maximum le processus législatif.

Le groupe Communiste, républicain et citoyen (CRC) au Sénat a entamé jeudi, dans un climat très tendu, une guérilla contre le très controversé article 2 de loi travail, qui instaure la primauté des accords d'entreprises sur les accords de branches.

Quelque 195 amendements ont été déposés sur cet article 2, la plupart par le CRC. Ils ont été présentés chacun leur tour mercredi soir. Le rapporteur de la commission des affaires sociales Jean-Baptistes Lemoyne (Les Républicains, LR) et la ministre des affaires sociales Myriam El Khomri ont donné leurs avis sur ces amendements jeudi matin.

L'examen des amendements a ensuite commencé, un par un. Sur la plupart de leurs amendements, les sénateurs CRC demandent après l'explication de vote un scrutin public, opération qui prend entre 5 et 10 minutes. Le vote de l'amendement ne pourra intervenir qu'après l'examen de tous les amendements, dans la nuit ou jeudi.

"Nous défendrons pied à pied nos amendements", avait prévenu Eliane Assassi, la présidente du groupe CRC, avant le débat.

"Je m'interroge sur le sens et la nature de nos discussions, dès lors que le gouvernement a accepté de rencontrer le leader de la CGT, demain", a souligné de son côté Gaëtan Gorce (PS).

Il a proposé "un signe d'apaisement", de réserver les votes sur l'article 2. "Ce serait la sagesse de dire que dans un contexte aussi tendu, il faut suspendre la discussion et la reprendre plus tard quand les esprits se seront apaisés", a dit le sénateur de la Nièvre.

"Je reçois en effet Philippe Martinez demain, après plusieurs mois de refus de sa part, comme je reçois tous les dirigeants d'organisations syndicales", a confirmé Mme El Khomri. "Je me réjouis qu'il accepte enfin le dialogue, plutôt que l'affrontement par médias interposés et suis impatiente d'entendre ses propositions", a-t-elle dit, ajoutant toutefois: "la position du gouvernement est claire: le texte sera maintenu".

La droite sénatoriale a l'intention de voter cet article 2 en voulant "pousser sa logique jusqu'au bout sur la durée du travail, tant sur les 35 heures que sur la durée minimale de temps partiel", a annoncé M. Lemoyne.

Les sénateurs plancheront jusqu'au 24 juin sur le texte, avant un vote solennel le 28 juin.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Pas moins de 195 amendements doivent être examinés.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-