Manuel Valls se fait couper le courant par la CGT lors d'un meeting dans le Doubs

Auteur(s)
Pierre Plottu
Publié le 28 janvier 2015 - 11:02
Image
Manuel Valls.
Crédits
©Philippe Wojazer/Reuters
Le Premier ministre, ici en novrember 2014, a dû patienter près d'une heure que le courant soit rétabli.
©Philippe Wojazer/Reuters
En déplacement à Audincourt (Doubs), pour soutenir le candidat socialiste à la législative partielle suite au départ de Pierre Moscovici à la Commission européenne, Manuel Valls a dû faire face à une ambiance électrique, mardi 27. Des militants CGT sont allés jusqu'à couper l'électricité, plongeant son meeting dans le noir.

Ambiance électrique lors du déplacement du Premier ministre. Manuel Valls était à Audincourt, dans le Doubs, ce mardi 27 au soir pour soutenir le candidat PS à la législative partielle provoquée par le départ de Pierre Moscovici à la Commission européenne. Il a tenté, contre vents et marées, de délivrer son message de soutien au candidat socialiste Frédéric Barbier.

Vers 19h, alors qu'il était en pleine conférence de presse, la salle où se tenait la réunion publique a subitement été plongée dans le noir, de même que l'ensemble du quartier. La faute à une coupure de courant, immédiatement revendiquée par la CGT mines énergie.

"La Fédération Nationale Mines Energie CGT et ses syndicats présents au rassemblement à Audincourt, soutiennent la coupure d'électricité réalisée par les électriciens et gaziers lors du meeting. Cette action vise à rappeler que cette loi de transition énergétique est une bonne idée, mais avec de très mauvaises solutions!", ont expliqué les syndicalistes dans une déclaration adressée à l'Est Républicain.

Le Premier ministre a dû patienter près d'une heure que l'électricité soit rétablie pour pouvoir reprendre la parole. Avant que le meeting ne soit à nouveau perturbé. Ce sont cette fois des notaires qui ont joué les agitateurs (alors que le chef du gouvernement vantait "l'ordre républicain"), pour protester contre la réforme des professions réglementées. Visiblement agacé, Manuel Valls n'a toutefois pas interrompu son discours. "Je ne me tairai pas face aux gens qui tentent d’empêcher ce meeting d’avoir lieu", a-t-il répliqué, criant presque dans son micro pour couvrir le chahut, tout en poursuivant son discours.

Le chef de l'exécutif a malgré tout réussi à délivrer son message et a vanté l'unité, l'ordre, l'éducation et la sécurité. Sur les chiffres du chômage pour l'année 2014, catastrophiques, dévoilés quelques heures plus tôt, il a notamment déclaré: "on savait que l’année 2014 allait être difficile. Quand la croissance est très faible, il ne faut pas s’attendre à des miracles dans les résultats", avant d'annoncer de "nouvelles aides et de nouveaux moyens" pour l'emploi en 2015.

Cette législative partielle de la 4e circonscription du Doubs fait figure de test à la fois pour la majorité, qui a perdu toutes ses rendez-vous électoraux depuis 2012 et a vu son nombre de députés s'étioler, mais aussi pour le FN, qui espère poursuivre sa série de victoires. Les efforts de Manuel Valls feront-ils pencher la balance? Rendez-vous les dimanches 1er et 8 février, dates du premier et du second tour du scrutin.

 

À LIRE AUSSI

Image
Une file d'attente à Pôle emploi.
Chiffres du chômage: 8.100 demandeurs d'emploi en plus en décembre
Les chiffres du chômage sont à nouveau négatifs pour décembre 2014. Le derniers mois de l'année a vu 8.100 personnes supplémentaires ont rejoint le marché de l'emploi....
27 janvier 2015 - 19:42
Société
Image
Emmanuel Macron.
Loi Macron: tout savoir sur le contenu de ce texte polémique
Travail le dimanche, professions règlementées, transports…: "fourre-tout" pour les uns, "texte transversal" pour les autres, la loi Macron s'annonce comme l'une des pl...
09 décembre 2014 - 12:56
Politique
Image
L'Assemblée nationale remplie.
Le PS perd la majorité absolue à l'Assemblée nationale
Avec la défection du député Jean-Pierre Maggi, le groupe socialiste à l'Assemblée nationale ne compte plus que 288 membres. Le PS perd ainsi la majorité absolue.Encore...
07 janvier 2015 - 11:46
Politique