Pourquoi les régions ont-elles claqué la porte de la Conférence des territoires

Auteur(s)
La rédaction de FranceSoir.fr
Publié le 28 septembre 2017 - 16:56
Image
Le Premier ministre Edouard Philippe s'exprime lors de de la Conférence des Villes à Paris, le 20 se
Crédits
© Martin BUREAU / AFP
Le gouvernement a supprimé une enveloppe de 450 millions d'euros destiné aux régions.
© Martin BUREAU / AFP
Pour protester contre la suppression d’un fonds de 450 millions d’euros par le gouvernement, les présidents de régions ont annoncé ce jeudi qu'ils quittaient la Conférence des territoires lancée en juillet par Emmanuel Macron. Matignon a exprimé ses "regrets".

Ils en ont assez et l'ont fait savoir. Réunis en congrès à Orléans (Loiret), les présidents de régions ont annoncé ce jeudi 28 qu’ils quittaient la Conférence des territoires lancée en juillet dernier par Emmanuel Macron. En cause: une promesse faite par l'ancien exécutif et non tenue par l'actuel gouvernement qui avait pourtant décidé d'honorer cet engagement. En effet, le Premier ministre, Edouard Philippe, vient d'annoncer une baisse de 450 millions d'euros de crédits pour 2018 alors qu'aucune baisse des dotations n'était envisagée pour le moment.

"Lorsque nous sommes arrivés aux responsabilités, nous avons trouvé dans le budget 2017 une série de promesses dont les financements n’étaient pas toujours garantis. Il a fallu prendre des décisions. Il s’agissait d’un fond exceptionnel. Nous avons décidé de ne pas intégrer le fonds exceptionnel (…) dans le montant de la TVA qui vous sera alloué", a-t-il déclaré provoquant la colère des élus locaux . Une décision qu'ils jugent "inacceptable" et "injuste".

"Nous ne serons pas au rendez-vous de la concertation avec l’Etat si le gouvernement ne revoit pas sa position", a indiqué le président (LR) de la région Grand-Est Philippe Richert. Et d'ajouter: "Nous ne pouvons pas accepter la suppression de 450 millions d'euros. Cela veut dire que demain nous ne pourrions plus accompagner les entreprises".

Suite à cette annonce, Matignon a rapidement réagi, exprimant ses "regrets" et  précisant que le gouvernement restait "ouvert au dialogue avec Régions de France comme avec chacun des présidents de conseil régional, sur les nombreux sujets d'intérêt commun qui figurent à l'agenda". Pour rappel, la conférence nationale des territoires est une instance de dialogues, de négociations et de décisions qui avait été promise par Emmanuel Macron lors de la campagne électorale.

À LIRE AUSSI

Image
Des responsables des régions françaises donnent une conférence de presse après le discours du Premie
Baisse de crédits : les régions quittent la Conférence des territoires (présidents de régions) 
La décision du gouvernement d'amputer les crédits des régions de 450 millions d'euros a provoqué jeudi la colère des présidents des exécutifs régionaux, de gauche comm...
28 septembre 2017 - 14:18
Image
Le président de la commission des lois du Sénat Philippe Bas (LR)à Paris le 16 mars 2016
Bas (LR) sur la Conférence des territoires : "on va passer, j'espère, de Jupiter à la démocratie"
Alors que s'ouvre au Sénat la Conférence de territoires en présence du Président Emmanuel Macron, le président de la commission des Lois du Sénat Philippe Bas (LR) a e...
17 juillet 2017 - 15:08
Image
France-Soir
Conférence des territoires : Larcher demande à l'Etat de "respecter les élus"
Le président du Sénat Gérard Larcher (LR) a jugé lundi, devant Emmanuel Macron, que l’État devait cesser de considérer les élus locaux "comme de simple curseurs"."Mons...
17 juillet 2017 - 12:50

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Hollande
François Hollande, président belliqueux, mais adepte du scooter
Entre théories politiques floues, promesses électorales non tenues et un penchant pour l'action militaire “à mi-chemin", François Hollande aura été plus souvent à la t...
13 juillet 2024 - 12:16
Politique
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.