Primaire EELV: et si Michèle Rivasi créait la surprise?

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Primaire EELV: et si Michèle Rivasi créait la surprise?

Publié le 19/10/2016 à 13:00 - Mise à jour à 15:31
©Anne-Chrstine Poujoulat/AFP
PARTAGER :

Auteur(s): Damien Durand

-A +A

C'est ce mercredi que les résultats du premier tour de la primaire Europe Ecologie-Les Verts seront connus. Les médias ont fait de Cécile Duflot et Yannick Jadot les favoris du scrutin, mais plusieurs indices indiquent que la surprise pourrait bien être Michèle Rivasi. Elle est pourtant passée à deux doigts de ne pas pouvoir se présenter.

C’est ce mercredi 19 que les résultats du premier tour de la primaire Europe Ecologie-Les Verts seront connus. Hormis une improbable victoire de l’un des quatre candidats au premier tour, ils seront deux entre Cécile Duflot, Yannick Jadot, Karima Delli et Michèle Rivasi à se retrouver au second tour. Les enjeux semblent d’ailleurs ouverts dans ce scrutin qui intéresse peu l’opinion publique, et pour lequel aucun sondage n’a été publié dans les médias. Tout juste pouvait-on, pour se faire une idée du rapport de force, se raccrocher à la facilité ou non qu’ont eu les candidats à réunir 36 parrainages de conseillers fédéraux nécessaires pour concourir.

En l’occurrence, si cela a été une formalité pour Cécile Duflot et Yannick Jadot, Michèle Rivasi et Karima Delli ont réussi à remplir les conditions in extremis. A tel point que les médias les ont cantonnées à un rôle d’outsiders. Une analyse qui pourrait bien être battue en brèche ce mardi soir de l’avis des bons connaisseurs de l’écologie politique.

"Les médias présentent Cécile Duflot et Yannick Jadot comme les personnalités les plus connues d’EELV, mais la réalité c’est que derrière +Cécile+, c’est Michèle Rivasi qui est la plus populaire chez les écologistes. Yannick Jadot a eu facilement ses signatures, c’est vrai, mais quand on regarde le détail des chiffres des sympathisants qui se sont inscrits à cette primaire, ce n’est sûrement pas pour voter Jadot" explique à FranceSoir Jean-Luc Bennahmias, qui a été secrétaire national des Verts de 1997 à 2000, et qui est aujourd’hui candidat à la primaire… de la gauche.

Un rapide coup d’œil sur le corps électoral des 17.094 électeurs –un chiffre faible permettant des surprises (pour rappel, la primaire de la droite et du centre vise autour de 3 millions de votants)– montre de fortes disparités régionales. Si l’Ile-de-France arrive en tête et de loin, les inscriptions montrent un surreprésentation de certains départements: la Drôme, l’Isère, le Rhône, ou les Bouches-du-Rhône, où celle qui pourrait créer la surprise est bien implantée. Elle a en effet été député de la première circonscription de la Drôme, et enseigne à l’institut universitaire de formation des maîtres (IUFM) de Grenoble.

Dans le camp Rivasi, on assume d’ailleurs clairement être confiant. Très confiant même: "Le Sud-Est va représenter plus de 20% du corps électoral, et nous espérons faire 40% des voix sur ce secteur", assure un proche de la candidate contacté par FranceSoir. "Nous avons aussi des retours positifs de collectifs anti-OGM, ou de réseaux anti-nucléaire. On sent un vrai enthousiasme autour de Michèle Rivasi"

Le ton est plus mesuré –plus inquiet ?– dans le camp de Yannick Jadot: "Nous somme sereins. Cela ne sert de toute façon à rien d’être inquiet quant on a plus prise sur les événements", explique le porte-parole du candidat. Terminant par un énigmatique: "Nous savons ce qu’il y aura à faire dans les prochains jours si Yannick Jadot est au second tour". Dans le camp de Cécile Duflot, contacté par FranceSoir, une seule règle: "pas de réaction jusqu’aux résultats".

Les votes pour le second tour seront ouverts après l’annonce des résultats et se poursuivront jusqu’au 4 novembre, mais ce n’est que le 7 novembre que sera connu le nom du candidat EELV qui essaiera de recueillir les 500 signature pour se présenter en 2017.

 

Auteur(s): Damien Durand


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


De nombreux sympathisants EELV du Sud-Est se sont inscrits pour participer à la primaire, un secteur propice à Michèle Rivasi.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-