Scooter, macaron, salsa: Hollande fait son show à la fac de Cergy-Pontoise (vidéo)

Scooter, macaron, salsa: Hollande fait son show à la fac de Cergy-Pontoise (vidéo)

Publié le 06/04/2018 à 20:49
© MEHDI FEDOUACH / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

François Hollande était en visite jeudi à l'université de Cergy-Pontoise en sa qualité de président de la fondation "La France s'engage". Il s'est prêté au jeu de "tu préfères" et a provoqué des éclats de rires parmi l'assemblée d'étudiants venus l'écouter.

François Hollande n'a rien perdu du côté plaisantin qui lui a permis de remporter le grand prix de l'humour politique 2017. L'ancien président de la République, en visite à l'université de Cergy-Pontoise pour, notamment, parler de sa fondation "La France s'engage", a accepté devant une assemblée d'étudiants de jouer à un jeu ressemblant à "tu préfères".

Jeu qui a pour but de proposer un dilemme drôle ou impossible à la personne à laquelle on pose les questions. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que François Hollande ne s'est pas défilé.

Question musique pour commencer. Entre le rappeur Booba et l'ancienne première dama Carla Bruni-Sarkozy, aucune hésitation, François Hollande préfère… Booba. Petite pique à Nicolas Sarkozy, qui n'est d'ailleurs pas le seul homme politique à avoir reçu un tacle déguisé.

Lire aussi: Humour politique - Hollande lauréat du Grand prix 2017

Entre un savoureux macaron et Emmanuel Macron, c'est la gourmandise qui l'emporte: "Depuis très longtemps… mais très très longtemps, je n'ai jamais pu résister à un macaron".

Prochaine question, posée ainsi: "Valls ou salsa?". Réponse: "Sur le plan de la danse… salsa oui". Nouveaux éclats de rires parmi les étudiants, comme à chaque réponse d'ailleurs.

"House of Cards ou Game of Thrones? Vous avez regardé House of Cards?", a ensuite demandé l'étudiante à ses côtés. "Bien sûr, que croyez-vous que j'ai fait pendant cinq ans?", a répondu François Hollande sous l'hilarité générale.

Et enfin, question piège: "Uber ou scooter". Il n'a même pas eu le temps de répondre que le public riait déjà à gorge déployée: "Je n'ai pas besoin de répondre". "Joker alors?", "non, non pas joker! Scooter bien sûr". Et bim l'ubérisation de la société.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Entre Uber et scooter, François Hollande a fait son choix. Entre Macron et un macaron, aussi.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-