Toulouse: le siège local de l'UMP vandalisé et tagué en plein jour

Toulouse: le siège local de l'UMP vandalisé et tagué en plein jour

Publié le 15/04/2015 à 07:30 - Mise à jour à 07:31
©Charles Platiau/Reuters
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Pierre Plottu
-A +A

Le siège de l'UMP de Haute-Garonne a été vandalisé, mardi 14, par un groupe d'individus masqués dénonçant les expulsions de migrants à Calais et dit vouloir "expulser l'UMP".

"L'UMP de Calais expulse: expulsons l'UMP". C'est au nom  de ce mot d'ordre qu'un groupe de huit à dix individus ont vandalisé… le siège de la fédération UMP de Haute-Garonne, situé dans le centre-ville de Toulouse, mardi 14 dans le courant de l'après-midi.

Très remonté, les membres du groupe, "encagoulés" selon un communiqué de la fédération, sont entrés dans le bâtiment par la grande porte aux alentours de 16h et s'en sont pris au mobilier. Ils ont ainsi jeté des papiers par les fenêtres, ainsi que des sièges, des ordinateurs et des téléphones, qui ont atterri dans la rue. Aucune violence n'a toutefois été commise à l'encontre de la bénévole de permanence présente sur place, Olga, à qui les vandales ont remis un tract titré "l'UMP de Calais expulse: expulsons l'UMP". Deux inscriptions, "Expulsons l'UMP" et "Solidarité aux réfugiés de Calais", ont par ailleurs été taguées sur les murs extérieurs du bâtiment.

Des revendications qui ont surpris les responsables locaux du parti. Le porte-parole de l'UMP de Haute-Garonne Pierre Esplugas, cité par Europe-1, estime ainsi que "ces gens se trompent de bouc émissaire: l'UMP n'est en rien responsable des expulsions de Calais". Il a également dénoncé des "méthodes violentes et inacceptables".

A propos du démantèlement du camp de réfugiés de Sangatte, en 2002, sous la présidence de l'UMP (Nicolas Sarkozy était alors ministre de l'Intérieur), évoqué dans le tract laissé sur place, Pierre Esplugas s'est dit "surpris". Aucun rapport, selon lui, puisque c'était une situation "ancienne".

La secrétaire départementale de l'UMP de Haute-Garonne, Laurence Arribagé, a décidé de porter plainte.

 

Auteur(s): Pierre Plottu

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




L'inscription "expulsons l'UMP" a notamment été taguée sur les murs extérieurs du bâtiment (photo d'illustration).

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-