Hiroshima: 70 ans après, le Japon se recueille

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Hiroshima: 70 ans après, le Japon se recueille

Publié le 06/08/2015 à 15:47 - Mise à jour à 15:59
©Reuters
PARTAGER :

Auteur(s): MM

-A +A

Hiroshima a célébré ce jeudi matin le 70e anniversaire du premier bombardement atomique de l’Histoire. Le Premier ministre nippon a annoncé que son pays présenterait une nouvelle résolution, destinée à abolir l'arme nucléaire, à l'Assemblée générale de l'ONU.

Le 6 août 1945, les Etats-Unis déclenchaient le feu nucléaire sur la ville d'Hiroshima, provoquant la mort de dizaines de milliers de personnes (entre 70.000 et 140.000). Ce premier bombardement atomique de l'Histoire, suivi de celui de Nagasaki le 9 août, conduisit à la capitulation du Japon et à la fin de la Seconde Guerre mondiale le 15 août 1945.

Ce jeudi, des dizaines de milliers de personnes et des représentants de 100 pays ont assisté sur place à la cérémonie d'hommage aux victimes. Le Premier ministre, Shinzo Abe, a annoncé que son pays présenterait une nouvelle résolution, destinée à abolir l'arme nucléaire, à l'Assemblée générale de l'ONU. "En tant que seul pays frappé par l'arme atomique (...), nous avons pour mission de créer un monde sans arme nucléaire", a-t-il déclaré aux participants à la cérémonie, dans cette ville du sud-ouest du Japon.

A 8h15 (0h15 à Paris), une jeune femme et un écolier ont frappé une grande cloche placée sur une longue poutre suspendue, geste immuable accompli à l'heure précise où un bombardier américain B-29 baptisé Enola Gay a largué sa cargaison mortelle sur la ville japonaise.

"Pour coexister, nous devons abolir le mal absolu et le comble de l'inhumanité que représentent les armes nucléaires. Il est temps maintenant d'agir", a déclaré après la minute de silence le maire de la ville, Kazumi Matsui, avant de laisser la parole à de jeunes enfants.

La cérémonie était, comme à l'accoutumée, assez discrète, alors qu'au fil des années la mémoire de ce drame s’estompe et le nombre des "Hibakusha", les survivants des bombardements, diminue. Le sujet est très difficile dans un pays où l'accident nucléaire de Fukushima, en mars 2011, est encore dans tous les esprits.

 

 

Auteur(s): MM


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Des milliers personnes se sont rassemblées au Parc de la paix d'Hiroshima pour un hommage aux victimes du bombardement atomique 70 ans après.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-