Kobané: les combattants kurdes irakiens sont arrivés en Turquie

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Kobané: les combattants kurdes irakiens sont arrivés en Turquie

Publié le 29/10/2014 à 10:53 - Mise à jour le 05/11/2014 à 14:26
©Reuters
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Maxime Macé
-A +A

Les premiers renforts de combattants kurdes irakiens à destination de la ville syrienne kurde de Kobané, assiégée par les djihadistes, sont arrivés dans la nuit de mardi à mercredi en Turquie.

Une semaine après le feu vert de la Turquie, les renforts tant attendus par les Kurdes de Kobané sont en chemin. Les premiers peshmergas, combattants kurdes irakiens, sont arrivés dans la nuit du mardi 28 au mercredi 29 en Turquie, pour rejoindre la ville syrienne kurde assiégée par les djihadistes de l'Etat Islamique (Daech) depuis le 16 septembre.

Le nombre de combattants kurdes irakiens envoyés au secours de leurs frères d’armes syriens reste encore incertain mais il oscillerait entre 50 et 150 peshmergas. Equipés d’armes lourdes et de mitrailleuses fournies par les pays occidentaux et notamment la France, ils permettront aux résistants de Kobané de faire face plus efficacement à l’armement de pointe dérobé à l’armée syrienne et irakienne par Daech.

Les combats se poursuivent à Kobané

En attendant, les combats se poursuivent dans la troisième ville kurde de Syrie, où l'un des objectifs des djihadistes de l'organisation extrémiste sunnite Etat islamique est de prendre le contrôle des quartiers nord afin de bloquer la voie vers la Turquie et d’encercler la ville.

Les combattants kurdes ont réussi à repousser plusieurs assauts ces derniers jours, aidés par des frappes aériennes de la coalition menées par les Etats-Unis qui désorganisent les forces de Daech.

Ankara refuse toujours d’intervenir en Syrie

Malgré l’autorisation accordée par le gouvernement turc, sous la pression des Etats-Unis, aux combattants kurdes irakiens de rejoindre la ville de Kobané, Ankara refuse toujours d’intervenir militairement pour aider Kobané. Les Turcs craignent notamment qu'une telle opération ne profite aux indépendantistes du PKK, parti des travailleurs du Kurdistan en guerre avec la Turquie depuis 1984.

Auteur(s): Maxime Macé

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Des combattants peshmergas en route pour Kobané.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-