La Commission accroît son soutien aux investissements sociaux: réelle avancée ou coup d'épée dans l'eau?

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

La Commission accroît son soutien aux investissements sociaux: réelle avancée ou coup d'épée dans l'eau?

Publié le 16/10/2018 à 15:32 - Mise à jour à 18:08
© EMMANUEL DUNAND / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): La Maison de l'Europe à Paris, édité par la rédaction

-A +A

Le 6 juin 2018, la Commission européenne a proposé son nouveau programme d'investissement pour la période 2021-2027. Présenté comme une version évoluée de son Plan d'investissement pour l'Europe ou "Plan Juncker", ce nouveau programme nommé "InvestEU" mobilisera 38 milliards d'euros, dont 4 seront exclusivement consacrés aux investissements sociaux. Si la part accordée au social peut paraître résiduelle, il s'agit pourtant d'une augmentation de 90% par rapport au Plan Juncker.

"L'Europe est antisociale! Elle est indifférente voire hostile à l'égard des droits sociaux", "l'Union européenne n'est qu'une entité économique, elle n'est qu'un marché unique!"... De telles affirmations se font souvent l'écho des pensées de nombreux citoyens européens. Pourtant, bien que souvent critiquée pour sa faible dimension sociale, l'Union européenne a apporté ces dernières années un soutien croissant aux politiques sociales de ses Etats membres. Que cela soit sous la forme de prêts ou encore de garanties, la part des instruments financiers ayant pour but de stimuler l’investissement n'a cessé d'augmenter, ceux-ci ayant notamment soutenu de nombreux projets à vocation sociale à travers l'Europe.

"Après la crise de 2008, les Etats membres nous demandent de réintervenir pour relancer l’économie", révèle Stéphane Viallon, en charge du secteur public à la Banque Européenne d’Investissement (BEI).

En 2015, après une période de crise financière et économique ayant débuté en 2008, le Plan d'investissement pour l'Europe ou "Plan Juncker" est mis en œuvre afin de répondre aux préoccupations des États membres. Le marché européen, accablé par un manque de confiance des investisseurs, avait alors largement bénéficié de ce retour des investissements. Le Plan Juncker poursuivait trois objectifs: éliminer les obstacles à l’investissement, apporter de la visibilité et une assistance technique aux projets d’investissement et mieux utiliser les ressources financières. Déployé en collaboration avec le groupe Banque européenne d'investissement via le Fonds européen pour les investissements stratégiques (EFSI) devenu la clé de voûte du programme de relance de la Commission. Qualifié de franc succès, il avait notamment permis le financement de nombreux projets dans le domaine des politiques sociales. Cette part des investissements était néanmoins restée limitée, notamment car le Plan Juncker ne dédiait pas explicitement de volet aux investissements sociaux.

> 90% dédiés aux investissements sociaux

Le 6 juin dernier, la Commission européenne a proposé son programme "InvestEU", bâti sur le succès du Plan Juncker, mais y apportant des modifications notables. Présenté comme une véritable version améliorée du Plan d'investissement pour l'Europe, "InvestEU" laisse présager une importance croissante accordée au soutien de la Commission pour les politiques sociales des Etats membres. Le programme, en plus de dédier explicitement un de ses quatre volets au social, prévoit également une augmentation sensible du budget qui y sera dédié. "InvestEU" consacrera en effet quatre des 38 milliards mobilisés dans le cadre du programme aux investissements sociaux. Si cette part paraît résiduelle en comparaison aux montants alloués aux trois autres volets, à savoir les infrastructures durables; la recherche, l'innovation et la numérisation; et les petites et moyennes entreprises, cela représente néanmoins une augmentation de 90% par rapport à la première version du plan Juncker mis en œuvre entre 2015 et 2017. "InvestEU" représente ainsi une réelle avancée en faveur de l'Europe sociale en consacrant de façon exclusive une fenêtre au développement d'une économie sociale et solidaire. Ces financements seront notamment investis dans des projets à caractère social, en particulier la construction d'infrastructures telles que des logements sociaux, des hôpitaux ou encore des écoles.

"InvestEU apporte deux modifications importantes au plan Juncker: en premier lieu, une nouvelle fenêtre exclusivement dédiée au social et en second lieu, un rôle accru pour les institutions nationales, comme la Caisse des dépôts, qui viendront compléter l’action de la BEI", explique Sophie Barbier, directrice du Pôle Europe à la Caisse des Dépôts.

Afin de déployer les financements sur le terrain, "InvestEU" prévoit une implication davantage conséquente des acteurs nationaux en comparaison au plan Juncker. Ainsi, ce fonds sera investi non seulement par le groupe de la Banque européenne d'investissement, principal partenaire financier de la Commission ayant mis en œuvre et géré avec succès l’EFSI, mais aussi par des partenaires financiers nationaux, tel que la Caisse des dépôts en France. Selon Sophie Barbier, "cela est très important puisque les acteurs nationaux ont l’habitude d'intervenir dans le champ des politiques sociales et sont donc les plus à même de déployer de façon adaptée les financements, au plus près des préoccupations des citoyens".

> La caisse des dépôts, principal financeur du logement social en France grâce aux investissements européens.

Déjà dans le cadre du Plan Juncker, la Caisse des dépôts avait participé au déploiement des investissements européens en complétant, à l’échelle nationale, l'action de la BEI. La Commission avait ainsi permis à son partenaire français de disposer de garanties suffisantes afin de de financer, grâce à des prêts de long terme à conditions favorables, la rénovation énergétique de 400.000 logements sociaux. Dans le cadre du programme "InvestEU", le rôle accru offert aux institutions nationales devrait là encore favoriser un déploiement approprié des investissements sociaux européens au plus proche des populations, sur le terrain, et ainsi améliorer les conditions de vie milliers de citoyens européens.

Auteur(s): La Maison de l'Europe à Paris, édité par la rédaction


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Le plan "InvestEU" va bien plus loin que son prédécesseur, le "Plan Juncker".

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-