La Corée du Nord désigne son « principal ennemi » : les Etats-Unis d’Amérique

La Corée du Nord désigne son « principal ennemi » : les Etats-Unis d’Amérique

Publié le 12/01/2021 à 07:38
KCNA VIA KNS / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): FranceSoir
-A +A

La Corée du Nord organise actuellement le 8ème congrès du Parti du Travail. C’est l’occasion pour les dirigeants du pays d’afficher une attitude hostile vis-à-vis de leur « principal ennemi » : les Etats-Unis d’Amérique.

Le dirigeant nord-coréen, Kim Jong Un, aurait préféré la réélection du président américain, Donald Trump, avec lequel une véritable relation personnelle s’était nouée. Celle-ci n’avait certes pas permis d’apaiser les tensions, mais alors que Pyongyang accueille le 8ème congrès du Parti du travail, Kim Jong Un a adressé, à travers ses discours, un message à la nouvelle administration de Joe Biden. Après l’Iran, la Corée du Nord entend bien faire entendre sa voix, quitte à se montrer plus menaçante.

Une mise en garde ou une menace de la Corée du Nord ?

Le dirigeant nord-coréen a ainsi pu réaffirmer l’ambition du pays de se doter d’un sous-marin nucléaire mais aussi de renforcer (encore) ses capacités nucléaires et balistiques. Soufflant le chaud et le froid, Kim Jong Un a souligné qu’il était prêt à « répondre à la force par la force ».

Refusant la condition, imposée par les Etats-Unis, d’un désarmement nucléaire pour reprendre les négociations, il a également mis en garde Séoul d’une attitude, qu’il juge hostile (La Corée du Sud organise, chaque année, des exercices militaires avec les forces armées américaines). Et, le dirigeant nord-coréen laisse planer le doute : si Washington ne revient pas sur cette exigence de la dénucléarisation, Pyongyang pourrait reprendre prochainement ses essais balistiques.

C’est donc un autre dossier chaud sur la scène internationale, qui attend Joe Biden lors de son investiture. D’autant plus que les crises économiques, qui gangrènent la Corée du Nord depuis des décennies, ont poussé ce dernier à renforcer leur dépendance vis-à-vis de la Chine, un autre pays avec lequel le prochain président des Etats Unis devra renouer le dialogue.

Auteur(s): FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Kim Jong Un, le dirigeant nord-coréen adresse ses messages au futur président américain

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-